Les cryptes : à quoi servaient-elles ?

Constructions voûtées aménagées sous les églises, les cryptes se multiplient à l’époque romane. Par la suite, on en construit très peu. Pire on en abandonne certaines. Leur fonction serait-elle devenue inutile ?  

Aucune autre partie de l’église ne dégage autant de mystères. Cachées dans les profondeurs de l’église, les cryptes sont rarement ouvertes aux visites. Si vous avez cette chance, vous descendrez probablement un escalier et vous serez plongé dans l’obscurité, comme dans les siècles, car ces endroits sont souvent très anciens. Que faisait-on dans ces cryptes ? La réponse nous aidera à comprendre leur relative désaffection à l’époque gothique.

Crypte Nevers
L’architecture des cryptes est variée. Elles peuvent être constituées de plusieurs espaces, par exemple des salles et un déambulatoire. Ici, à la cathédrale de Nevers, la crypte est dite « crypte-halle » : des alignements de piliers divisent la pièce. Remarquez la relative clarté de l’endroit. Je vous explique la raison deux paragraphes plus bas.

Ce que les cryptes ne sont pas

Au Moyen Âge, on pensait que les cryptes servaient de refuge pour les ermites. Aujourd’hui on les confond parfois avec les catacombes. Persécutés, les premiers chrétiens s’y seraient réunis pour prier, à défaut d’avoir des églises. 

Or, les plus anciennes cryptes datent du IVe siècle, c’est-à-dire à une époque où le christianisme n’est plus menacé. En 313, l’empereur Constantin légalise la religion, puis en 395, elle devient même la seule reconnue par Rome. Les cryptes ne sont donc pas des lieux de culte secrets.

Elles ne sont pas non plus forcément souterraines. Celle de la basilique de Saint-Denis est par exemple semi enterrée. Certaines sont même posées sur le sol naturel. Elles servent notamment à rattraper une pente. Beaucoup d’églises sont en effet bâties à flanc de coteau. Pour conserver un niveau horizontal, le chœur est alors bâti sur une crypte.

Crypte orcival
La crypte de la basilique Notre-Dame d’Orcival (Puy-de-Dôme). Remarquez au fond à gauche le vitrail : s’il y a une baie, c’est que la crypte n’est pas totalement enterrée.

Attention, le rôle d’une crypte ne peut pas se réduire à une astuce d’architecte pour compenser le dénivelé de terrain.

Les fonctions d’une crypte

La crypte est normalement installée sous le sol d’une église, précisément sous le chœur. Cette disposition est éminemment symbolique.

À l’intérieur de la crypte prend généralement place un tombeau ou des reliques. Sous la basilique Saint-Pierre de Rome, se trouve par exemple la sépulture du premier apôtre, saint Pierre. De même, sous l’abbatiale Saint-Germain d’Auxerre, se trouve le tombeau de… saint Germain. (J’aime quand vous suivez). Or, les hommes et femmes du Moyen Âge accordent beaucoup d’importance à ces restes de corps saints. J’en parlais déjà dans cet article. Les reliques sont censées répandre une aura protectrice. Dès que les reliques reposent dans une crypte, leur influence bienfaitrice se diffuse au-dessus et donc atteint les clercs occupés à la prière dans le chœur.

Pour information, ça ne marche probablement pas avec les bouteilles de vin. N’attendez donc aucun bénéfice d’habiter au-dessus d’une cave

Les reliques intéressent aussi les fidèles qui en espèrent grâces, guérison ou miracles. Ils descendent volontiers dans la crypte pour être au plus près d’elles.

La plus grande crypte de France

Les cryptes jouent donc le rôle supplémentaire de chapelle. Au fil des siècles, le clergé y installe un ou plusieurs autels pour y célébrer des messes. À Chartres, les jours de mauvais temps, les chanoines de la cathédrale modifient le circuit de leur procession urbaine. Au lieu de se rendre vers les autres églises de la ville, et donc de se mouiller, ils visitent les chapelles de la cathédrale ou de la crypte.

Même circonscrite à un monument, cette déambulation faisait marcher les chanoines, car la crypte est là-bas une véritable église souterraine. Dépassant la surface du chœur, elle est presque aussi longue que la cathédrale au-dessus. Ce qui en fait la plus grande crypte médiévale de France (hors Moyen Âge, le record appartient probablement à la crypte de Notre-Dame de Boulogne).

Crypte chartres
Dans un des couloirs de la crypte souterraine sous la cathédrale Notre-Dame de Chartres (David Baron, sur Flickr.com)

Ambiance particulière

À la suite de l’archéologue Christian Sapin, on peut donc résumer les cryptes à 2 caractères :

  • Une architecture particulière, à savoir un espace voûté, en majorité souterrain mais pas toujours, placé sous le chevet.
  • Une fonction liturgique, attestée par des autels ou l’exposition de reliques à la vénération des fidèles.

L’architecture des cryptes participe d’une mise en scène. Pour l’historien de l’art Alain Erlande-Brandenburg, « les maîtres d’ouvrage et les architectes ont voulu cette opposition d’une crypte dans la pénombre et le sanctuaire [la partie sacrée de l’église] dans la lumière […] Le fidèle y était certainement sensible, d’autant plus que les bougies et les lampes à huile créaient une ambiance particulière ».

L’âge d’or roman

crypte Auxerre
La crypte peinte de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre (début XIe siècle). Reconstitution de la Cité du patrimoine et de l’architecture à Paris.

Dans son livre Les Cryptes en France. Pour une approche archéologique IVe-XXIe siècle, Christian Sapin a recensé près de 400 exemples. Il y en avait plus : certaines cryptes ont été totalement détruites ou dorment, oubliées, sous nos pas.

On l’a vu, elles existent depuis la fin de l’Antiquité. Elles se multiplient à l’époque carolingienne. D’ailleurs, ces cryptes comme à Saint-Germain d’Auxerre, à Flavigny-sur-Ozerain, à Saint-Philbert-de-Grandlieu sont parfois les seules architectures subsistantes de cette période alors que l’église au-dessus a disparu ou été reconstruite.

Aux XIe et XIIe siècles, l’art roman marque l’apogée des cryptes, essor lié au développement du culte des saints. Cependant, même pendant cet âge d’or, l’aménagement d’une crypte n’a jamais été une norme. De grands sanctuaires de pèlerinage, comme Saint-Jacques de Compostelle ou Sainte-Foy-de-Conques n’ont jamais reçu de tels aménagements.

Cryptes abandonnées et retrouvées

En 1985, l’architecte des monuments historiques Bruno Decaris est chargé de la restauration du chœur de la basilique d’Evron (Mayenne). Pour retrouver le dallage ancien sous le dallage du XIXe siècle, il creuse un trou et découvre un chapiteau et une colonne en place. Les archéologues sont alertés. Une fouille archéologique s’étend à tout le chœur ; elle révèle une crypte conservée dans un état remarquable.

Des histoires de ce type, il y a en a des dizaines en France. Ici, ce sont des fouilles archéologiques, là-bas la mise en place d’un système de chauffage par le sous-sol qui est à l’origine de ces découvertes. À Bayeux, en l’an 1412, les chanoines souhaitent enterrer la dépouille de leur évêque dans la cathédrale. Ils tombent sur un os particulier : une crypte ! Preuve que, dès la fin du Moyen Âge, certaines étaient déjà remblayées et oubliées. Pourquoi un délaissement si rapide ?

Crypte Bayeux
La crypte romane de la cathédrale de Bayeux, redécouverte et peinte au XVe siècle.

Le gothique ensevelit la crypte

Dans l’abandon des cryptes, deux phénomènes se conjuguent.

D’abord, aux XIIe et XIIIe siècles, alors que s’épanouit l’art gothique, le clergé souhaite un changement de mise en scène : sortir de la pénombre les reliques conservées dans la crypte et les placer désormais dans le chœur. La lumière qui traverse les vitraux fera scintiller les précieux reliquaires. Dans cette perspective, la crypte devient donc démodée.

L’ingénieur et historien de l’art Arnaud Ybert ajoute une autre conséquence de l’art gothique, fatale aux cryptes. Les architectes préfèrent dorénavant des églises de plain-pied. Or, certaines cryptes, particulièrement hautes, tendaient à surélever le chœur par rapport à la nef. C’était le cas dans la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Au cours du chantier gothique, la crypte fut arasée puis comblée pour ne pas gêner le déploiement horizontal du nouveau monument. On ne la découvrit que dans les années 1930 !

Crypte Saint-Sernin de Toulouse
La crypte de la basilique Saint-Sernin de Toulouse, un des rares exemples gothiques.

Le gothique a englouti bon nombre de cryptes mais ne caricaturons pas. Quelques cryptes ont été créées à cette époque. Ensuite, certaines constructions romanes ont subsisté. Le clergé leur était peut-être attaché par respect des traditions. Heureusement. Ainsi peut-on encore en visiter quelques-unes. Justement avez-vous des lieux à nous recommander ?

Partager l'article

Vous pourriez aimer aussi...

42 Responses

  1. besse dit :

    des cryptes ? Celle de Tavant, par exemple Là-bas, vous n’êtes pas loin de Chinon, alors faites d’une pierre deux coups!

  2. bezard jean michel dit :

    comme d’habitude nous voila plus instruit et envieux de nouvelles découvertes….c’est un bonheur le dimanche matin de vous lire!
    Trés belle année à vous et grâce à vous la notre sera enrichissante.

  3. Bonjour Laurent tout d’abord recevez mes meilleurs voeux pour cette année 2022 en espérant qu’elle apporte à tous un peu plus de sérénité dans tous les domaines. Heureusement nous avons vos merveilleux articles pour enrichir notre « quotidien intellectuel » et compléter nos connaissances!! Celui des CRYPTES que je viens de parcourir avec bonheur est dans cette continuité! J’en ai visité plusieurs et à chaque fois, pour moi, c’est un sentiment indescriptible presque de « lieu interdit »…Celles que je connais effectivement recelaient pour la plupart des sarcophages ou autres reliques!! Encore un grand MERCI pour votre regard éclairé sur ces lieux. Bien cordialement Chantal de LYON. Bien à vous!

  4. FISCHER MIREILLE dit :

    Tous mes voeux pour 2022 : plus de covid mais beaucoup d’articles sur nos églises.

    J’attends patiemment tous les dimanches pour lire vos articles

    Merci

    Mireille FISCHER

  5. jclaude laleure dit :

    Merci pour ce dossier qui est comme d’habitude fort instructif. Une des plus belles crypte à voir dans le Nivernais est celle de Saint-Parize-le-Chatel, remarquable par ses nombreux chapiteaux magnifiquements sculptés.
    Meilleurs voeux pour 2022 avec toute la sérénité possible au quotidien.

  6. GIRAUD Jean dit :

    Bonjour Laurent.
    J’apprécie tout particulièrement vos articles qui m’apprennent ou remettre en ordre une foule de choses. Alors, pour une fois que je peux coopérer… je me lance.
    J’habite à Montluçon (Allier) et, juste à coté (banlieue) se trouve la petite ville de Domérat. Son église romane est pourvue d’une simple et superbe petite crypte semi-enterrée. Mais le plus, c’est que cette crypte est ouverte librement au public TOUS LES JOURS et gratuitement. On vient toujours y prier Notre Dame de la Râche. Si vous ne connaissez pas, voilà pour vous une visite possible. Vous pourrez même vous arrêter à la maison, histoire de boire un café (ou thé) et de discuter un peu.
    Bien cordialement,
    Jean Giraud

  7. Michel morra dit :

    Bonjour Laurent
    A St Gilles (Gard), la crypte est appelée « église basse » car c’est l’ancien édifice qui sert de crypte. L’abbatiale actuelle est construite juste au dessus.
    Cordialement Michel Morra

    • Laurent Ridel dit :

      En effet, il y a une confusion entre église basse et crypte. Il n’est pas facile de faire la différence : Sous l’abbatiale Saint-Eutrope de Saintes ou sous la cathédrale de Bourges, on parle d’église basse plutôt que d’une crypte.

  8. Bonjour, et excellente année 2022 à vous et vos proches.
    Décidément grâce à vous on va être incollable sur l’architecture des églises, et ce du sous-sol au plafond! Et je vous en remercie.
    La crypte c’est ce qui est caché, du grec « Kryptein », c’est la grotte, le lieu sombre, non pas insalubre et qui effraie, mais au contraire qui permet un retour sur soi dans le calme.
    Quand les apôtres demandèrent au Christ comment il fallait prier, Mathieu, au chap 6 verset 6, nous dit: » Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. »
    Est ce là aussi une des raisons de l’existence des cryptes?
    Nous avons au moins 2 cryptes à Limoges, une de l’abbaye bénédictine Saint Martial du IX -ème S. et l’autre aussi du IX ème S. sous la cathédrale St Etienne. Cette dernière fut arrasée pour construire la cathédrale gothique. Elle est fermée mais recèle de très belles peintures polychromes que j’ai eu la chance de voir lors d’un chantier de fouilles.
    Cordialement, Vincent

    • Laurent Ridel dit :

      Bonjour Vincent. On peut aussi se demander si la crypte ne rappelle pas le tombeau du Christ. Merci pour vos propositions. Bonne année ! Je compte sur vos commentaires en 2022.

  9. BEDEAU dit :

    Bonjour !
    Tout d’abord meilleurs voeux pour la nouvelle année !
    Tous les dimanches, c’est un régal de lire vos articles !
    Merci encore !
    Cordialement . André BEDEAU

  10. Bastide dit :

    Bonjour Laurent,
    J’habite près de Lyon, la basilique de Fourvière qui est pourtant de construction récente abrite une crypte dans laquelle on peut admirer des vierges du monde entier et une belle mosaïque représentant le chemin de Saint Jacques de Compostelle.
    Le meilleur pour 2022, merci pour vos articles.
    Cathy
    Cathy

    • Laurent Ridel dit :

      En effet, on assiste au XIXe et XXe siècle à un retour de la crypte. Voir les exemples de Notre-Dame de la Garde à Marseille et de la basilique Sainte-Thérèse à Lisieux. Bonne année !

  11. Isabelle dit :

    Tous mes vœux Laurent pour vous et vos lecteurs.
    Merci une nouvelle fois pour vos lumières… sur ces cryptes souvent sombres.

  12. BONNOT Michel dit :

    Bonjour Laurent,
    Belle et bonne année 2022, et continuez de nous éveiller !
    S’agissant des cryptes, il existe une 3e fonction, peut-être à relier à la première (lieu de sacralisation de reliques) : celle de dépôt mortuaire provisoire. C’est le cas de l’église de mon village (Fontaines, Saône-et-Loire) qui date des XIIe et XIVe siècles : lorsque l’hiver, la terre étant gelée, il était impossible d’enterrer les corps des défunts, ils étaient placés là en attente. Une morgue, en somme. D’ailleurs le nom lui était donnée de « charnier ».
    Amicalement,
    Michel.

  13. Bonjour Laurent
    Merci pour ce beau témoignage et ces recherches qui nous éveillent sur l’histoire et nous amènent à avoir un autre regard !
    Meilleurs vœux pour l’année 2022.
    Jocelyne

  14. Irène Goyan dit :

    J’ai visité l’abbaye Sainte Marie de CRUAS en Ardèche ,une merveille , un joyau de l’art roman avec une crypte exceptionnelle Elle fait partie d’Ardèche loisirs et patrimoine

  15. Gilbert LAMBELET dit :

    Publication très intéressante! Merci!
    Par la même occasion, mes meilleurs vœux pour l’année qui commence!

  16. ODILE FRETIGNY dit :

    J’attends toujours avec impatience le dimanche matin pour découvrir votre article. Continuez comme ça pendant cette nouvelle année.
    Mes meilleurs vœux pour 2022.

  17. MALLART dit :

    Bonjour
    Mes voeux à tous pour 2022, et mes espoirs de voir les traditions perdurer au travers de toutes les belles pierres que nous avons la chance d’avoir !
    pour les cryptes, pensez à Saint Victor à Marseille…elle est vraiment très profonde et très curieuse et …trés mystérieuse !
    Merci Laurent pour cette belle démarche !

  18. Germond dit :

    Meilleurs vœux pour cette nouvelle Année 2022. Je pense que l’on peut rajouter une autre fonction aux cryptes. C’est parfois les lieux les plus profonds qui servent à relier un autre lieu extérieur ou à fuir en cas d’urgence grâce à l’existence de passage souterrain étroit, souvent discret sous quelques dalles . (un château, un habitat, ou une sortie a l’abri des regards) Les églises ou chapelles se trouvaient souvent en première ligne en cas de conflits.

    • Laurent Ridel dit :

      Je vous remercie pour vos voeux et votre intervention. Je ne crois pas que les cryptes avaient une fonction d’échappatoire. Sinon, on aurait retrouvé trace de ces souterrains lors de fouilles archéologiques. Enfin, dans les guerres, les églises ou chapelles ne sont pas plus en premières lignes que les ponts, les châteaux, les crêtes ou autres sites stratégiques…

  19. Laval Alain dit :

    Bonjour Laurent, et meilleurs voeux pour 2022. J’ai eu le bonheur de découvrir vos documentaires (Pour moi, leçons d’histoire) , c’est un véritable plaisir. J’ai la chance d’habiter une région très fournie « Le périgord » et ma passion pour les vieilles pierres est très fournie…Merci encore et bonne continuation.

  20. Villeboeuf Renée dit :

    bonsoir Laurent Ridel, à la Basilique de Fourviève Lyon, la crypte est dessous la basilique dédiée à Saint Joseph. La crypte est ouverte au public, elle comprend des mosaîques, des vierges du monde entier, une brande mosaïque Saint Jacques de Compostelle, et en Décembre, une belle crèche différente chaque année. Je vous présente mes meilleurs voeux pour 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.