Le gothique, une architecture religieuse en débat

Avec le roman, l’architecture gothique détermine la forme et l’esthétique de la plupart de nos églises et cathédrales. Mais connaissez-vous ce style ? Voici 5 affirmations. À vous de déterminer si elles sont vraies, fausses ou les deux !

  • Les églises gothiques se reconnaissent à leurs arcs pointus.
  • L’architecture gothique est d’origine française.
  • Gothique est une insulte.
  • Les églises gothiques sont les plus hautes du monde.
  • Les églises gothiques sont lumineuses.

Avant de lire l’article, réfléchissez à vos réponses…

Les églises gothiques se reconnaissent à leurs arcs pointus

Dans le jargon de l’architecture, l’expression exacte est « arc brisé ». Ce sont tous ces arcs qui se terminent en pointe au-dessus des baies et autres ouvertures. Ils s’opposent aux arcs dits en plein cintre, qui eux sont semi-circulaires. Autant les arcs en plein cintre caractérisent une église romane, autant l’arc brisé indique une église gothique.

arc plein cintre et arc brisé

Méfiance toutefois ! Les arcs brisés apparaissent déjà dans quelques églises romanes. Mieux vaut donc, pour déterminer le style d’une église, croiser cet indice avec d’autres. Concrètement, une église gothique possède souvent, en plus des arcs brisés, des voûtes sur croisées d’ogives. À l’extérieur, le monument est maintenu par des arcs-boutants. Attention, ce dernier indice ne fonctionne en France que pour les grands édifices de la moitié nord (au sud, on préfère les contreforts).

En résumé, les arcs pointus, les arcs brisés, vous aident à reconnaître une église gothique avec une fiabilité d’environ 95 %. C’est mieux que les vaccins contre la Covid-19 !

L’architecture gothique est d’origine française

Traditionnellement, on vous explique que la première église gothique du monde est la basilique Saint-Denis, aux portes de Paris. En fait, dans les années 1130, vous avez plusieurs chantiers gothiques qui sont contemporains, et dont on a du mal à établir la chronologie précise : la basilique Saint-Denis, le prieuré de Saint-Martin-des-Champs, l’église Saint-Pierre-de-Montmartre et la cathédrale de Sens. Impossible de savoir qui est le premier. Qu’importe, la conclusion reste la même : ces nouvelles églises se concentrent toutes à Paris ou dans les alentours. C’est bien là le berceau de l’art gothique.

De ce centre parisien, le gothique envahit progressivement toute l’Europe occidentale. Les églises qu’on construit ou reconstruit revêtent les habits de ce style français. Aux XIIIe et XIVe siècles, le gothique se fraie un chemin jusqu’à Prague ou franchit la mer pour s’implanter en Scandinavie. Un grand succès à l’international. Presque autant que le champagne.

cathédrale de Prague
La cathédrale de Prague est la plus grande église gothique en République tchèque. Construite dès 1344, elle est complétée au XIXe et XXe siècle (Aconcagua/Wikimedia Commons

Gothique est une insulte

Le mot « gothique » est employé assez tard, plusieurs siècles après la création des premiers édifices gothiques. Ce que veut dire que les architectes du Moyen Âge ne disaient pas qu’ils faisaient du gothique. Dans leur vocabulaire, le mot « gothique » n’existait pas. Cette méconnaissance peut nous sembler absurde : imaginez aujourd’hui un rappeur incapable de définir son style comme du rap.

L’adjectif « gothique » apparaît au XVIe siècle, en pleine Renaissance, à un moment où justement on construit de moins en moins d’églises gothiques. On fait des églises Renaissance. Dans la bouche des inventeurs du terme, certainement des artistes italiens, le mot a une valeur péjorative. En effet, « gothique » renvoie aux Goths, un peuple germanique qui a pillé Rome en l’an 410. Autrement dit, dans l’esprit de la Renaissance, l’art gothique, c’est l’art des Barbares, c’est l’art du Moyen Âge. C’est l’art décadent qui a remplacé l’art raffiné des Romains et des Grecs de l’Antiquité.

Le sac de Rome par les Vandales
Joseph-Noël Sylvestre, Le Sac de Rome en 410 par les Vandales, 1890. Le peintre s’est trompé : ce sont les Goths à l’origine de ce sac. Dans ce tableau, la nudité des envahisseurs et leur mépris pour les temples ou statues romains témoignent de leur barbarisme. Musée des beaux-arts de Sète

Bon, aujourd’hui, on sait que les Goths n’ont rien à voir avec la naissance de l’art gothique. Bizarrement, malgré cette erreur d’attribution, le mot « gothique » est resté dans le vocabulaire. Et ce malgré les tentatives des historiens de l’art et des archéologues pour proposer des expressions plus neutres : « art ogival », « art français »… Cette dernière proposition, n’étant pas, on s’en doute, du goût de nos voisins européens. Échec donc.

Les églises gothiques sont les plus hautes du monde.

Voici la plus haute église sur Terre.

église d'Ulm
La plus haute église du monde. Aujourd’hui, c’est un temple protestant (Wikimedia commons).

Elle se trouve en Allemagne, à Ulm. Sa flèche culmine à 161 m. Est-elle gothique ? Oui et non (je vous avais prévenu : il y aurait des « oui et non »). Dans son style, le monument est gothique, mais la construction du dernier étage du clocher et de la flèche est un chantier de la seconde moitié du XIXe siècle. Soit bien après le Moyen Âge, bien après la période gothique.

Dans certains pays, la France ou l’Italie notamment, les architectes gothiques n’ont pas essayé de battre des records de hauteur par des tours. Ils ont voulu impressionner les foules sur un autre critère : la hauteur des voûtes. Et là ça se voit surtout à l’intérieur. Les piliers portent des arcs qui se croisent au niveau de la clé de voûte.

Regardez combien les architectures ont progressé dans ce domaine, en même pas 150 ans : 

Les hauteurs de voûtes dans les cathédrales françaises
Les hauteurs de voûtes quelques cathédrales françaises

En étudiant les plus gros édifices gothiques, on se rend compte que les architectes avaient cette ambition de tutoyer les nuages. D’où une silhouette élancée que vous ne trouvez pas beaucoup dans les édifices antérieurs ou postérieurs : les églises gothiques sont des édifices plus hauts que larges. Le Moyen Âge gothique a produit des églises vertigineuses dont le record n’a souvent été battu qu’au XIXe siècle. À une époque où les bâtisseurs avaient d’autres moyens techniques et d’autres matériaux pour conquérir le ciel.  

Les églises gothiques sont-elles lumineuses ?

Je suis bien embêté par cette affirmation. Comparons ces deux photos.

Cathédrales de Chartres et d'Amiens

Notre-Dame de Chartres et Notre-Dame d’Amiens sont deux cathédrales gothiques, à peu près bâties à la même époque et qui n’ont pourtant pas la même luminosité. À Chartres, on est souvent obligé dans la journée d’allumer des lustres ou d’autres lampes. Pareil à Notre-Dame de Paris.

Or, je suis sûr qu’on vous a déjà expliqué que l’architecture gothique, c’est l’architecture de la lumière ! Par rapport à l’époque romane, les intérieurs sont plus éclairés. On y arrive grâce à plusieurs innovations techniques : l’arc-boutant, les croisées d’ogives (on l’a vu), mais aussi la forme des toitures. Grâce à ces innovations, les fenêtres s’élargissent, les étages s’ouvrent à la lumière extérieure. Au point que les édifices gothiques les plus aboutis ressemblent à des cages de verre. Mais sans pour autant les comparer à des serres de jardin où faire pousser des tomates 🙂 Les églises gothiques accueilleraient à bras ouverts la lumière parce qu’elle est vue comme l’émanation de Dieu.   

Vous avez sûrement entendu ou lu ce discours. Et pourtant, des cathédrales gothiques parmi les plus fameuses sont sombres. L’historien de l’art Roland Recht estime qu’on exagère la recherche de la luminosité chez les architectes ou les commanditaires de ces monuments. Si c’était le but attendu, on n’aurait pas fermé les baies par des vitraux multicolores. Quelle idée d’installer des parois vitrées avec des teintes rouges, bleus, jaunes, si l’on veut inonder de lumière divine l’intérieur de la nef ou du chœur ! Les vitraux colorés ont l’inconvénient d’atténuer le rayonnement solaire.

Cathédrale de Troyes
Cathédrale de Troyes et ses deux niveaux de vitraux

Et là vous tenez la clé des ambiances si différentes d’une église à l’autre : les vitraux. Les églises gothiques les plus claires sont généralement celles qui ont perdu leurs vitraux d’origine. Ils ont été remplacés par de simples vitres transparentes. La cathédrale d’Amiens est lumineuse non pas parce qu’elle est gothique, mais parce qu’elle n’est pas authentique. Elle n’a plus ses anciens vitraux. La cathédrale Notre-Dame de Chartres, au contraire, les a miraculeusement conservés. Visitez donc Chartres pour vivre le véritable éclairement des intérieurs gothiques. 

Lire aussi : Comment passer pour un expert sur les vitraux quand on n’y connait rien ?

Qu’est-ce que l’art gothique ?

Je vous ai peut-être embrouillé avec mes « oui et non ». Au fond, comment définir l’architecture gothique ?

Vous pouvez la définir par des formes et des éléments particuliers : les arcs brisés, les croisées d’ogives, les arcs-boutants. Mais aussi, par des choses que l’on n’a pas encore vues. Que de surprises dans cet article ! Par exemple, les pinacles au-dessus des arcs-boutants ou les fameuses roses qui ouvrent les façades.

pinacles
Les petits pyramides au-dessus des contreforts sont des pinacles

On peut aussi définir l’architecture gothique par les objectifs que recherchaient les bâtisseurs. À coup sûr, ils ont voulu que leur construction atteigne des hauteurs inégalées. Ils y ont réussi, les églises gothiques s’élevant au-dessus des palais ou des châteaux forts.

Les architectes du gothique visaient enfin à transformer leur église en une ossature de pierre. Les églises étaient réduites à un assemblage d’arcs, de piliers et de voûtes, entre lesquels étaient installés des vitraux. L’idéal de la cage de verre.

Cathédrale de Beauvais
Le chœur de la cathédrale de Beauvais. Sa clé de voûte se trouve à 48m de hauteur.

J’espère avoir éclairci votre vision de l’art gothique. J’espère que vous vous êtes trompé sur toutes les affirmations que j’ai posées. Ça veut dire que vous avez appris des choses. Et si vous souhaitez continuer à apprendre ou découvrir le monde des églises, inscrivez-vous à mes mails du dimanche. Le lien se trouve en dessous.

Partager l'article

Vous pourriez aimer aussi...

4 Responses

  1. Michel K. dit :

    Merci pour cet article ô combien utile et plein de renseignements. Je suis récemment inscrit à votre blog mais j’attends déjà avec impatience l’article du dimanche…
    A propos de la dernière illustration: ce sont des arcs boutants ou des contreforts que l’on voit ornés de pinacles?

    • Laurent Ridel dit :

      Ravi de votre impatience.
      Qu’est-ce qu’ornent les pinacles ? Je ne vous contrarierais pas : ils ornent les deux, autant les arcs-boutants (la partie diagonale) que les contreforts (la partie verticale). Pour être exact, les contreforts, dans le cas des arcs-boutants, s’appellent des culées.

  2. David-Marie dit :

    Bonjour Laurent,
    Voici une bonne source d’information au sujet de la réalité historique concernant l’usage du mot ogive et l’origine de l’arc brisé :
    https://books.openedition.org/pur/29032?lang=fr
    Il est bon de replacer la réalité de l’architecture car il y a trop de clichés circulant au sujet du roman et du gothique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.