Petites et grandes églises curieuses de France

Sur les dizaines de milliers d’églises en France, on peut être sûr de tomber sur des cas surprenants, étranges ou insolites. Dans ma sélection figurent des chapelles implantées sur des sites improbables, des monuments invisibles de l’extérieur et des églises qui ne ressemblent pas à des églises.

Église troglodyte de Saint-Jean d’Aubeterre-sur-Dronne

église monolithe d'Aubeterre-sur-Dronne
Au fond, le reliquaire évidé dans la pierre (Lamiot sur Wikipedia Commons)

Au XIIe siècle, le seigneur d’Aubeterre, Pierre de Castillon, revient de croisade, précieusement chargé : il rapporte des reliques. Pour les abriter, le croisé creuse sous son château une église souterraine inspirée des monuments rupestres de Cappadoce (en Turquie). Dans la pierre calcaire, les ouvriers dégagent un espace de 27 m de long et 20 m de hauteur. Résultat : un site incontournable si vous passez dans les Charentes.

Cathédrale Saint-Louis des Invalides : la consécration de la ségrégation

À Paris, l’hôtel des Invalides intègre une église propre à déboussoler le visiteur. Déjà, parce qu’elle est orientée selon un axe nord-sud et non est-ouest. Ensuite, parce que c’est une église double. L’architecte de Louis XIV, Jules Hardouin-Mansart, a en effet partagé l’édifice religieux.

D’un côté, il construit l’église des soldats, réservée aux pensionnaires de l’hôtel des Invalides : militaires âgés, infirmes ou définitivement malades. À l’opposé est édifié le sanctuaire exclusivement dédié au roi. Il sert aujourd’hui de cadre monumental à la tombe de Napoléon. Entre la partie des soldats et celle du roi, est installé le maître autel. Bien que cantonnés dans leur secteur, les militaires et le souverain peuvent ainsi suivre la même messe !

église des Invalides
A gauche, l’église des soldats (1), l’église du roi (2), le maître-autel (3) sur un plan général de 1698. A droite, le dôme des Invalides, donc l’église du roi, aquarelle de Gaspard Gobaut, au XIXe siècle (Gallica/BNF)

Chapelle Saint-Gildas de Bieuzy : mieux qu’un toit pour se protéger

Chapelle saint-gildas de Bieuzy
PLG sur Wikimedia Commons

Quelle idée d’encastrer cette chapelle bretonne sous un rocher ! Ce n’est pas parce que les bâtisseurs craignaient, comme Astérix et ses compères, que le ciel leur tombe sur la tête. Le choix de ce site repose sur son symbolisme : d’après la légende, aux premiers siècles du christianisme gaulois, les missionnaires saint Gildas et saint Bieuzy se seraient retirés dans la grotte sous le rocher.

Chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe du Puy : elle se mérite

Chapelle Saint-Michel de l'Aiguilhe au Puy-en-Velay
Alexander Hoernigk sur Wikimedia Commons

Méfiez-vous si vous devez vous rendre dans une église dédiée à saint Michel. Elles sont souvent perchées, à l’exemple de cette chapelle du Puy-en-Velay, inaccessible en voiture. Il vous faudra emprunter l’escalier de 268 marches pour monter les 82 m du pic d’origine volcanique. Pour vous donner du courage, sachez que l’édifice mérite quelques suées pour son architecture romane et son décor polychrome.

Église Saint-Ignace de Paris : pour prier en toute discrétion

Eglise saint-Ignace de Paris
Rue de Sèvres, Paris, Google street view

Une erreur de photo ? Pas du tout. Croyez-moi : le passage entre les magasins Ecco et Minelli vous conduit à une église. Enfermée dans les immeubles du VIe arrondissement, Saint-Ignace est presque totalement invisible de la rue malgré ces 1000 m². On pense emprunter une galerie commerciale ; on se retrouve dans une église. Voir l’intérieur très vaste.

Église Saint-Sauveur de Charroux, enfin ce qu’il en reste

Tour Charlemagne de Charroux
Fonds de la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, à Charenton-le-Pont

Au premier abord, on ne sait pas quoi penser de cette tour octogonale. Est-ce une église, un château d’eau, une construction romaine ? En réalité, c’est le dernier vestige d’une abbaye fondée au temps de Charlemagne. L’église (longue de 114 m !) avait un plan classique en croix mais à l’intersection, s’élevait une grosse rotonde. De cette rotonde émergeait la tour qui, seule, subsiste.

Saint-Vigor de Menil-Gondouin, l’église taguée

église du Ménil-Gondoin
Teofilo pour Wikimedia Commons

Influencé par les fresques des églises italiennes, le curé de Ménil-Gondouin, Victor Paysant (1841-1921) plaque sur la façade un décor peint composé de personnages, de citations et d’exhortations. À ses yeux, l’architecture d’une église doit « parler » à ses paroissiens. Ce principe n’est pas du goût de son successeur, qui fait tout effacer.

En 2004, le maire et l’association « les Amis du Houlme » déplorent ce « vandalisme ». Ils reproduisent le décor en s’inspirant des cartes postales anciennes et des restes de pigmentation. Résultat, une façade inédite en Normandie, et probablement au-delà.

Saint-Sulpice de Favières : « la plus belle église de village de France »

Saint-Sulpice de Saint Sulpice de Favières
Même inachevée, l’église a fière allure avec son chœur à 3 étages (Marie-Lan Nguyen sur Wikemedia Commons)

Ainsi la qualifiait l’abbé Chastelain, grand voyageur, dans son journal en 1689. Car cette église, aux dimensions de cathédrale, se trouve dans un village de 300 habitants seulement. La construction du monument a bénéficié des revenus d’un pèlerinage à succès au Moyen Âge. Aujourd’hui, ce gigantisme pose problème : la commune peine à entretenir l’église.

Église de Broindon : un maire sous divine protection

Eglise de Broindon
Bildoj sur Wikimedia Commons

Sur la commune de Broindon (Côte-d’Or), la séparation de l’Église et de l’État en 1905 ne s’est pas traduite dans l’architecture. La mairie, l’école et l’église font partie du même ensemble de bâtiments !

Eglise Saint-Papoul : on ne sourit pas !

Eglise abbatiale de Saint-Papoul
Magnifique chœur peint partiellement en trompe-l’œil (Pierre-Selim Huard sur Wikimedia Commons).

En vérité, rien de curieux dans cette photo. Cette abbatiale du département de l’Aude figure ici pour sa dédicace au très obscur saint Papoul. Elle m’amuse. Comble de joie pour moi, saint Papoul a donné aussi son nom au bourg autour de l’église. Les habitants se nomment donc les Papoulais.

Cet exemple me sert de prétexte pour honorer toutes les églises aux dédicaces drôles : Saint-Ours à Loches, Sainte-Radegonde à Bassignac (et ailleurs), Saint-Pantaléon à Salins, Saint-Pé à Garin, Saint-Facile au Grand-Lucé, Saint-Bon à Courchevel, Saint-Pétrock à Beaussais-sur-Mer… À vous de prolonger la liste en commentaires.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

15 Responses

  1. vincent ramnoux dit :

    Bonjour,
    Un article très instructif, merci. Nous avons nous aussi en Limousin un saint Pantaléon de Larche en Corrèze.
    En regardant la première photo de l’Église troglodyte de Saint-Jean d’Aubeterre-sur-Dronne, n’y aurait-il pas située en haut et à gauche de la photo, une margelle de puit? En référence à votre précédent article sur les puits dans les églises.
    Permettez moi de vous souhaiter de joyeuses fêtes, prenez soin de vous .
    Cordialement, Vincent

    • Laurent Ridel dit :

      Tout à fait Vincent : les dédicaces à saint Pantaléon ne sont pas si rares.

      La photo d’Aubeterre laisse penser à un puits mais j’ai du mal à trouver la confirmation sur le web. Des lecteurs apporteront peut-être la réponse.

  2. yves montembault dit :

    passionant merci

  3. jm bezard dit :

    Une nouvelle foi(s) amusant et innovant…je suis passé ce vendredi à Lisieux,bonjour à la basilique et je me suis aperçu que les français connaissent bien mal leur patrimoine en cherchant à Ouezy l’ancien prieuré 5 personnes ont eu l’air ébahi par ma demande…je cours depuis 18 ans les anciens prieurés abbayes celles:environ 1100 photographiés avec petit résumé historique,ça évite de se balader sottement.
    Bonnes fêtes

    • Laurent Ridel dit :

      J’espère que vous êtes passé aussi par la cathédrale. Ne soyez pas étonné de la méconnaissance du prieuré d’Ouézy. Ayant l’apparence d’une église paroissiale, il ne peut être connu que des spécialistes. Bonnes fêtes à vous aussi.

  4. michel guidoni dit :

    je connais bien St Gildas en Bieuzy dans le Morbihan sur la rive droite du Blavet surplombée par un site préhistorique répertorié.
    Chaque été la chapelle est investie par un artiste qui y présente une installation d’art contemporain. Le site est sans doute inspirant , car l’oeuvre est souvent une réussite en résonnance avec l’atmosphère quelque peu mystérieuse du lieu

  5. FREDI dit :

    Dans le genre surprenant, vous avez aussi la cathédrale de Bazas en Gironde…. une cathédrale magnifique dans un village…..
    ancienne étape sur la route de Compostelle, le bourg fut important à une époque, dans une zone géographique peu peuplée….toute une histoire, qui pourrait faire l’objet d’un article

    • Laurent Ridel dit :

      Bazas fait en effet partie de ces cathédrales implantées dans de petites villes, comme Sées, Elne, Aire, Lombez, Dol-de-Bretagne, Tréguier, Rieux-Volvestre, Belley…

  6. yves montembault dit :

    bonjour monsieur ,
    vous évoquez la cathédrale de Dol de Bretagne , elle mériterait aussi un chapitre dans votre blog tant son histoire est liée éternellement à celle de la Bretagne …..Bravo pour la pertinence et la qualité de votre blog et de votre cour magistral sur les différentes facettes de l’art roman .Merci

  7. Lavandine dit :

    Bonsoir,

    J’en connais quelques unes de la liste….
    A Gurat ( Charente), il y a aussi une église troglodytique.
    https://auboutdelalorgnettelavietoutsimplement.fr/gurat-2
    Belle soirée.
    Lavandine

  8. Reitmayer Denis dit :

    Effectivement la Chapelle Saint-Michel d’Aiguilhe du Puy se mérite, trop de marches pour mon age.

  9. yves montembault dit :

    je l’ai fait !! yes avec 68 ans au compteur ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.