Ce vitrail m’a scotché

Parfois, pendant une visite d’église, un vitrail vous interpelle. Et pourtant ce n’est assurément pas un chef-d’œuvre. Votre guide papier n’en parle pas. Aucun panneau d’information ne le met en avant. Et si vous perciez vous-même ses secrets ?

Depuis plusieurs mois, je m’amuse à visiter les petites églises autour de chez moi. Ces promenades touristiques s’apparentent souvent à un rendez-vous en terre inconnue. Je voyage sans disposer d’informations sur ces monuments trop modestes pour mériter quelques lignes de présentation.

Saint Michel, sainte Cathérine, sainte Marguerite
Détail du vitrail qui m’a scotché et que je vais décoder

Quand je me suis retrouvé devant l’église de Livarot, bourg normand, les chances de tomber sur une merveille étaient minces : l’architecture, largement marquée par les transformations du XIXe siècle, ferait bailler un éléphant.

Les vitraux appartenaient à la même époque. Sauf un qui était encore plus récent. Bref, circulez, y’a rien à voir. Mais voilà, j’ai trouvé belle cette verrière moderne. Alors, j’ai commencé à mieux la regarder. Le vitrail s’est révélé.

Ne pas mépriser les vitraux contemporains

vitrail Livarot
Vitrail XXe siècle dans l’église de Livarot (Calvados)

Je devine un certain désappointement chez vous, lecteur. C’est donc ça le vitrail qui m’a scotché. Je suis moi-même déçu. La taille de mon image ne permet pas d’en apprécier les détails ; le rendu photographique ne correspond pas exactement à ma vision des couleurs.

Reconnaissez néanmoins que cette verrière se distingue des autres, montées au XIXe siècle. Jugez la différence :

Christ chassant les marchands du temple
Jésus chasse les marchands du temple de Jérusalem. Vitrail de la fin du XIXe siècle. Eglise de Livarot-Pays-d’Auge

Les scènes sont luxuriantes jusqu’à la nausée. La composition m’ennuie. Le temps n’a pas arrangé les choses : traits et peinture se sont affadis. Bref, comme le Christ à l’égard des marchands du temple, j’ai envie de crier « oust ! ».

Je reviens sur le vitrail qui m’a séduit. Est-ce à cause de son dessin plus franc ? Est-ce par ses couleurs plus douces ? Notez l’utilisation, rare, d’une gamme de verts clairs. Il me tape dans l’œil. Je vais donc le regarder plus attentivement.

Une sainte populaire du XXe siècle

D’abord, identifions le personnage honoré. Facile. Jouons-la comme Julien Lepers. Je suis une femme habituellement représentée en armure ; je termine ma jeune vie sur un bûcher. Je suis, je suis… Jeanne d’Arc !

Les deux scènes principales montrent une composition statique. Au contraire du soufflet, la partie sommitale du vitrail.

Jeanne sur le bûcher

On y voit Jeanne d’Arc se tordre sur son poteau. Les flammes ondulent, le corps se convulse, les cheveux s’envolent. Les multiples courbes font de cet élément une réussite artistique à mes yeux.

Au-delà de l’esthétisme, je me rends compte que ce vitrail de sainte Jeanne d’Arc présente d’autres intérêts : je repère sa date de création et quelques maladresses de l’artiste. Voyons tout ça.

L’année figure dans la discrète signature en bas à gauche.

signature du vitrail de Livarot
Signature du vitrail. J’ai découvert que l’atelier Champigneulle avait une certaine réputation.

L’œuvre date donc de 1924. Horreur ! Une réalisation du XXe siècle ! Les amateurs de vitrail, les guides touristiques papier dédaignent généralement cette époque. À moins qu’un artiste de renom comme Chagall, Ingrand ou Braque les aient dessinés.

Cinq ans auparavant, peu de maîtres-verriers auraient créé, pour une église, un vitrail en l’honneur de la Pucelle d’Orléans. Et pour cause, la jeune femme n’était pas encore canonisée. En 1920, le pape Benoît XV l’admet enfin au rang des saintes alors qu’elle est morte depuis près d’un demi-millénaire. Aussitôt, la célébration de Jeanne d’Arc bat son plein dans les églises. Les paroisses s’empressent de commander des vitraux ou des statues représentant ce personnage populaire. Livarot suit le mouvement.

La prochaine fois que vous tomberez sur une image de Jeanne d’Arc dans une église, soyez donc presque assuré qu’elle est postérieure à 1920, date de sa canonisation. Vous pourrez ainsi impressionner vos amis par votre culture lors d’une visite. Pour d’autres conseils, lisez comment passer pour un expert des vitraux qu’on n’y connaît rien ?

Des détails bizarres

Vous connaissez les grandes lignes de l’histoire de Jeanne d’Arc. À plusieurs reprises pendant son adolescence, des apparitions ou des voix exhortent Jeanne à sauver le royaume de France et à partir rencontrer le roi Charles VII. La scène inférieure condense ces épisodes.

L'annonce par les voix de la mission de Jeanne
La scène ou registre inférieur du vitrail : la mission divine de Jeanne d’Arc

À gauche, Jeanne est représentée dans les activités d’une paysanne : elle file (elle tient un fuseau de laine) et elle garde les moutons.

À droite, trois personnages, montés sur une nuée, s’adressent à la jeune femme. Ce sont les fameuses « voix ». Je les identifie progressivement. Celle du milieu s’appuie sur une roue. C’est assurément sainte Catherine, en référence à son supplice. L’empereur romain Maximien la condamna à être déchirée par une roue garnie de pointes.

La femme du fond tient une fleur blanche : je reconnais sainte Marguerite. Quant au personnage au premier plan… Ses grandes ailes rouges nous indiquent un ange, mais pas n’importe lequel. Son épée en fait un guerrier. C’est donc plus précisément l’archange saint Michel.

Saint Michel, sainte Cathérine, sainte Marguerite
Les attributs permettent d’identifier sainte Marguerite, sainte Catherine d’Alexandrie et saint Michel

Ce dernier personnage présente deux petites bizarreries. Les avez-vous repérées ? Premièrement, l’archange prend l’épée par le tranchant. À main nue en prime. Ne craint-il pas de se blesser ? (Nathalie, une lectrice du blog, m’a proposé une interprétation : saint Michel tient l’épée ainsi car il s’apprête à la remettre à Jeanne. Depuis je pense aussi que la garde de l’épée, présentée ainsi, forme symboliquement une croix). Regardez ensuite la poitrine de saint Michel. Alors que les anges n’ont pas de sexe, l’artiste a cru bon de parer l’armure d’improbables protège-seins.

Erreur historique

Le sacre de Charles VII
La scène supérieure : le sacre de Charles VII à Reims

La scène supérieure réserve aussi son lot de surprises et de maladresses. Elle représente le sacre de Charles VII le 17 juillet 1429. Jeanne d’Arc se tient immédiatement derrière le roi à genoux. Elle serre sa bannière blanche sur laquelle on reconnaît Dieu, des anges et un morceau de l’inscription « Jhesu Maria » (Jésus Marie). Autant de détails attestés par les sources. Le verrier (Ch. Champigneulle) ou plus vraisemblablement le dessinateur de son atelier s’est donc bien renseigné.

Mais ne le complimentons pas trop vite. La partie gauche est plus critiquable. Sous l’œil des aristocrates et des plus hauts dignitaires d’Église, l’archevêque de Reims dépose une couronne sur la tête du roi. Or, en ce 17 juillet 1429, les protagonistes n’ont pas le précieux ornement. Et pour cause : tous les insignes royaux sont conservés dans l’abbaye de Saint-Denis, alors en territoire anglais. On n’a pu les ramener à Reims pour la cérémonie improvisée. Mais l’artiste n’est pas le premier à commettre cette erreur historique. Je lui pardonne volontiers.

Par contre, je regrette qu’il n’ait pas dessiné un Charles VII plus ressemblant. Le peintre Jean Fouquet nous a pourtant laissé un portrait connu et maintes fois reproduit.

Charles VII, roi de France
Charles VII, peint par Jean Fouquet, 1450-1455, musée du Louvre. Source : Wikipedia

À la place, le verrier nous montre un roi d’âge mûr alors que le prince n’a que 26 ans au moment du sacre.

Charles VII sacré
Un roi qui ne fait pas son âge

Une perle dans chaque église

Finalement, il y a beaucoup de choses à dire sur ce vitrail banal de la première moitié du XXe siècle. La plupart des visiteurs l’auraient délaissé, faute de ne pas appartenir à l’âge d’or médiéval. Vous ne serez peut-être pas convaincu de l’intérêt de ma description ou par la qualité artistique de l’œuvre. Qu’importe ; à vous de trouver la sculpture, le vitrail ou la peinture qui vous parle, qui vous émeut.

Au fil de mes visites d’églises, je suis renforcé dans l’idée que chaque édifice, même le plus insignifiant, abrite une petite perle. Dénichez la vôtre !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

15 Responses

  1. Mariette dit :

    Bravo! L’article est très intéressant et c’est vrai qu’on peut trouver dans chaque église une perle, il faut chercher!

  2. Xavier dit :

    Un excellent article.
    La conclusion est très juste.
    Dans la foulée, je redécouvre Saint Pierre de Caen, pourtant visitée récemment à 2 ou 3 reprises, avec l’article “Je visite des églises, mais je ne m’en souviens plus après“.

  3. Bravo! Vous êtes vraiment trop fort: un ton badin, pas de jargon ou de mots réservés aux connaisseurs, et la preuve que l’on peut faire comme vous! La seule façon d’aimer l’histoire de l’art, accessible à tous! Il suffit souvent de bien regarder en se demandant si on aime, ou pas 🤔 Merci à vous!

    • Laurent Ridel dit :

      Merci pour tant de compliments 🙂 L’idée derrière cet article, c’est de montrer que chacun peut trouver son coup de cœur dans une église et qu’importe si les spécialistes ou les guides n’en parlent pas.

  4. DUGIPEROU dit :

    Article encore très intéressant et forcément perspicace pour un amateur comme moi. Il faut toujours et toujours apprendre à regarder. Encore bravo et merci.Gisèle

  5. daniel dit :

    désolé mais j’étais absent pendant un temps
    vos articles sont trés présentés et justes merci de m’accueillir parmi vos lecteurs et j’attends la suite
    merci

  6. Stéphanie dit :

    intéressant ! de faire le lien entre la Canonisation de Jeanne d’Arc et le fin de la première guerre mondiale. C’est aussi de cette époque que vient le dévotion à Ste Thérèse de Lisieux . C’est 2 femmes guerrière et missionnaire tout terrain du fond de son Carmel se sont répandues dans les églises d’une France meurtrie par un conflit qui avait coûté la vie à tant de mari, fils, de père.. comme pour donner courage et espoir aux survivants…
    Autre chose par rapport au visage de Charles VII… (hypothèse purement gratuite) mais rappel que beaucoup de commanditaires demandaient d’être représenté sous les traits d’un personnage central ou secondaire voire en prière autour de la scène. et il me semble que cette habitude existe encore au XXe S. la symbolique du vitrail a aussi une portée politique !

  7. Dominique Marie Marie hubert dit :

    tous vos articles sont riches de détails et de connaissances enrichissantes , qui permettent de regarder avec un autre oeil .
    Merci et surtout continuez , ce cours d’Histoire …

  8. Jouvin dit :

    Bonjour et grand merci pour vos articles.
    La silhouette noire fait-elle partie du vitrail, est-ce Jeanne en prière ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.