Pourquoi les châteaux forts ont-ils des tours rondes ?

Alors que les tours des églises sont carrées ou rectangulaires, les châteaux forts se distinguent souvent par des tours circulaires. Ce plan présentait quelques avantages défensifs qui méritent néanmoins d’être nuancés.

Imaginez un château fort dans votre tête. Je parie qu’il arborera des tours rondes. Oui, je suis capable maintenant de lire dans vos pensées 🙂

Plus sérieusement, un château fort doté de tours cylindriques fait partie de nos images d’Épinal. Elle n’est pas totalement fausse, car les bâtisseurs les ont souvent préférées aux tours carrés et rectangulaires en raison du soit-disant avantage militaire qu’elles procuraient.

Cependant n’exagérons pas ces qualités. Dans la France du sud, les tours quadrangulaires sont plus nombreuses. Là bas, on avait compris qu’elles n’étaient pas si mauvaises.

La diffusion des tours rondes

À l’origine, les tours rectangulaires ou carrés dominaient le paysage européen.  

Un des châteaux d'Eguisheim en Alsace
La tour carrée du château du Weckmund à Eguisheim en Alsace (Ed Clayton sur Wikimedia Commons)

Puis, au XIIe siècle, le plan circulaire gagna du terrain comme le montre l’édification des donjons de Châteaudun, de Château-sur-Epte, de Laval… Au tournant de l’an 1200, le château se perfectionna sous l’influence des modèles capétiens. L’architecture philippienne (dont le nom renvoie au roi Philippe Auguste et non à Philippe de Villiers) ne jurait que par les tours cylindriques, aussi bien pour le donjon que pour les tours de flanquement.

Château d'Angers
Les tours rondes du château d’Angers construites à partir de 1230, par la régente Blanche de Castille et son jeune fils saint Louis

Le plan circulaire offre en effet deux avantages défensifs :

Au niveau de ses archères, il génère moins d’angles morts. Le défenseur couvre mieux les abords du château de son regard et de ses tirs.   

tour quadrangulaire
Un ennemi ou une machine de siège pourrait s’approcher des angles de la tour sans être menacé
Tour circulaire
Tour circulaire. La disposition radiale de ses archères réduit les angles morts

Deuxièmement, la tour ronde résiste davantage aux coups de bélier et aux projectiles. Car sous le choc, les blocs, taillés en biseau dans le sens de la profondeur, s’épaulent. Or, depuis 1200, les engins de jet, notamment les trébuchets, sont de plus en plus couramment employés lors des sièges. Les murs doivent absorber leurs violents impacts.

impact d'un projectile
Impact d’un projectile sur un mur courbe (à gauche) ou droit (à droite). Les pierres risquent d’être disloquées plus facilement dans le second cas.

Malgré ces avantages, les tours cylindriques ne l’ont pas emporté dans toute l’Europe. La moitié sud de la France les a rarement adoptées. Preuve qu’elles ne donnaient pas entière satisfaction.

Les tours rondes sont-elles meilleures ?

Si les livres sur les châteaux jugent comme un progrès militaire la diffusion de tours rondes, ils oublient parfois leur faiblesse structurelle et leur coût.

D’abord ce type de construction demande un peu plus de technicité. Il faut tailler les faces des pierres légèrement courbes. Les maçons doivent en plus s’assurer que leur assemblage compose un cercle parfait. C’est beaucoup plus facile de bâtir un mur droit. Comme les artisans y passent moins de temps, il coûte en prime moins cher. La solution quadrangulaire apparaît donc comme un choix raisonnable dès lors que le commanditaire manque d’argent et de temps. Alors qu’une guerre est imminente, ces arguments acquièrent plus de poids.

En outre, l’avantage procuré par la rondeur des tours n’est pas si évident. L’historien Alain Kersuzan l’explique :

« Du point de vue militaire, les tours quadrangulaires sont sans doute moins résistantes aux bombardements des engins, mais leur base est plus solide et plus stable surtout pour celles qui sont élevées en bordure de ravin. La forme carrée ou rectangulaire donne une meilleure stabilité, car les angles sont comme des pieds qui accrochent la tour au terrain […] Les constructions circulaires ont moins d’accroche au sol et ont tendance à riper plus facilement sur leur socle si elles sont élevées dans une pente ».

Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey : Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282-1355), Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2005

Ce défaut de stabilité se vérifie aujourd’hui : les tours circulaires, fissurées ou effondrées, ont moins bien résisté au temps que les tours quadrangulaires.

Château de Foix
Le château de Foix (Ariège) associe deux tours carrées et une tour circulaire (Krzysztof Golik sur Wikimedia Commons)

Quant au problème des angles morts, attribué aux tours quadrangulaires, il mérite d’être relativisé. L’ajout de hourds et autres structures en bois élargissait les angles de tir. On ne s’en rend pas compte, car ces compléments défensifs ont généralement disparu.

Autrement dit, les gens du sud n’étaient si bêtes et archaïques à s’entêter à construire des tours au plan droit.

En résumé, les architectes militaires avaient autant de bonnes raisons d’élever des tours rectangulaires que circulaires. Chez certains, ce dilemme les tracassa au point d’être incapable de choisir. D’où l’adoption de compromis : ils construisirent des tours polygonales, en fer à cheval ou annulaires !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

10 Responses

  1. CHEVALIER dit :

    Bonjour, toujours de superbes articles, documentés, expliqués…vers quelle époque le château fortifié à été délaissé au profit des demeures seigneuriales? J’imagine renaissance? Bon WE, Michel

  2. daniel descamps dit :

    La tour de Babel qui incarnait le mal et la discorde était ronde. Donc opposée aux valeurs de la religion. D’ailleurs la Bible explique (Judith, 1, 3.) que les tours étaient carrées : chaque côté de la tour avait vingt pieds de largeur. C’est peut-être pour rester en “phase” avec la religion que les Templiers construisaient des tours carrés ? Je n’ai pas la réponse. On pourrait également se poser la question : pourquoi les phares utilisent, dans leur grande majorité, des tours rondes ? Certainement pour des raisons aérodynamique ou plutôt hydrodynamique, car ils offrent moins de résistance aux vents et aux embruns. Idem pour les moulins à vent. Leurs structures, rondes portent les ailes (pales) qui diffusent bien les flux venteux. Mais il y a des exceptions :exemple la tour d’Hercule en Galice qui est carrée. En revanche, je pense que la rondeur des tours des chateaux forts ont comme corollaire une volonté militaire comme décrit dans votre article. Reste le donjon qui est principalement rond et central. En fait, le cercle est le centre de tout : du monde, du labyrinthe, du schéma des bâtisseurs lorsqu’ils posaient les fondations de leurs édifices. On part du rond, puis on trace le carré et le carré long suivant la divine proportion… Mais c’est une autre histoire. Cordialement…

    • YM63 dit :

      Bonjour
      Intéressante votre remarque sur la tour de Babel.
      Pour les moulins, ils devaient suivre le vent, il fallait que les hauts puissent tourner pour mettre les ailes au vent, ou au contraire l’arrêter.
      De même pour le phare qui est répertorié par le rythme de ses éclats. Ces derniers sont produits par un mécanisme tournant du style gyrophare, le feu reste fixe.
      En revanche, le phare d’Alexandrie, était probablement rectangulaire, tournait-il? N’était-il pas là que pour impressionner et marquer un territoire?

    • Laurent Ridel dit :

      Vos réflexions permettent d’élargir le sujet de l’article et m’ont incité à faire quelques recherches. Je ne trouve pas dans la Bible que la tour de Babel était carrée. D’ailleurs, dans les enluminures, la tour a différentes formes : parfois rondes, plus souvent hexagonales et surtout carré. De même, j’ai du mal à voir la préférence des templiers pour les tours carrés (Saphet, Château Pèlerin) en dehors de Château Tortose ou Chastel Blanc. Les phares en effet sont plutôt ronds en effet. Les moulins à vent aussi. Mais là, j’y vois une contrainte technique : les ailes auraient heurté les angles carrées, quand le toit se met à pivoter.

  3. YM63 dit :

    Bonjour
    Compléments sur les avantages et les inconvénients du rectangle par rapport aux cercles:
    Le cercle est la figure géométrique dont le périmétrie est le plus court par rapport à la surface qu’il définit. Pour protéger une surface donnée, un mur circulaire demandera moins de matériaux. (ex tipis, yourtes)
    La voûte est plus résistante que le linteau ou la mître. (Pour protéger les linteaux on met des arcs de décharge).
    Mais tracer un cercle est plus difficile que tracer une droite. Pour agrandir, il faut démolir puis refaire.
    Le bois d’œuvre est à peu près rectiligne, l’assemblage ne peut être qu’angulaire.
    Ce qui doit être intéressant est de savoir la part de l’habitude, du savoir faire héréditaire, de l’empirisme de l’observation, des matériaux disponibles (peu de bois dans le sud) et surtout de l’ésotérisme.
    Vous nous en avez parlé dans le symbolisme du carré, du cercle, du dôme, des nombres. Est-ce que cela s’appliquait à l’architecture militaire?
    cordialement.

    • Laurent Ridel dit :

      A ma connaissance, aucun texte ne précise les formes d’une construction militaire selon leur portée symbolique. L’argument de l’agrandissement que rend possible le rectangle est intéressant.

  4. Lillianne dit :

    Magnifique article !!! J’ai remarqué que, dans la Nouvelle Aquitaine, dans les châteaux des regions de la Dordogne et du Lot par exemple, il y a plus des tours carrés (Château de Beynac, Château de Montfort, Château de Castelnaud, Château de Commarque,…) peut-être cela dû au fait que ce type de tours était plus frequent dans l’architecture militaire avant Philipe Auguste? Où parce que c’était plus typique de l’architecture anglaise? Et je voudrais vous demander, pourquoi l’idée d’église forteresse. Mille mercis pour votre magistral et fantastique blog.

    • Laurent Ridel dit :

      En effet, en Dordogne et dans le Lot, les tours sont plus souvent carrées, comme dans tout le reste de la France du Sud. Ce n’est pas obligatoirement parce qu’elles étaient plus anciennes. On peut supposer que l’influence de l’architecture philippienne n’a pas atteint ces régions éloignées du cœur du pouvoir capétien. On trouve aussi beaucoup d’églises fortifiées. C’est un thème que j’aborderai dans un article. Pour répondre rapidement, les communautés rurales et les monastères avaient besoin de lieu de refuge à l’approche de bandes de brigands, bandes courantes pendant la guerre de Cent Ans. La fortification ne pouvait pas supporter un long siège mais cela suffisait pour décourager ces brigands.

  5. Lillianne dit :

    Mille mercis !!! J’attends avec illusion et impatience votre prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.