La plus vieille cathédrale de France est…

Les cathédrales ne sont pas nées en plein cœur du Moyen Âge, à l’époque où s’épanouit le style gothique. Elles sont bien plus anciennes comme le prouvent les plus récentes fouilles archéologiques. Or Google ne semble pas le savoir. Aidons-le à y voir plus clair.

Cher Google, je suis déçu par ton travail. Quand je t’interroge sur la cathédrale la plus jeune, la plus grande ou la plus haute, tu me réponds bien. Par contre, quand je te demande la plus ancienne, te voilà dans l’embarras. Tu me donnes des résultats soit faux, soit hors sujet, soit cachés au milieu de pavés de texte.

Tu es probablement perdu. Tu ne sais pas quoi chercher au final. Le plus vieil édifice encore debout ? ou les plus vieux vestiges archéologiques ? Et puis, il y a ce problème de vocabulaire. Le mot de « cathédrale » n’existe pas au début du christianisme (l’époque paléochrétienne). Pas facile pour toi. Bon, je vais essayer de te mettre sur les bonnes pistes.

La cathédrale de Beauvais, une réponse insatisfaisante

D’emblée je te souffle la réponse : la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est généralement considérée comme la plus ancienne de France. Un deuxième record pour cette église, qui est déjà considérée comme la plus haute (si tu t’ennuies entre deux recherches, j’en parle ici).

Sa nef, de style roman précoce, a été érigée quelques années avant l’an 1000. Pas sûr que le roman précoce, ça te parle. Dans ce cas, je te dirige vers un autre de mes articles.

Basse-oeuvre de Beauvais
La partie la plus ancienne de la cathédrale de Beauvais : la Basse-Oeuvre. Sa construction se situe dans les années 990. Remarquez les petits blocs cubiques des murs et les fenêtres cintrées, à claveaux de briques et de pierre.

En même temps, comme tu peux le voir sur la photo, cette nef s’appuie sur une gigantesque partie gothique, plus récente : le transept et le chœur. Car, comme beaucoup de cathédrales, Beauvais est un édifice composite. Elle n’a pas jailli d’un seul bloc. Sa construction s’est étalée de la fin du Xe siècle aux années 1570. Ces dates te parlent-elles ? Sûrement pas. C’est comme si je parlais du minitel à un adolescent.

Qu’importe. Affirmer que Beauvais est la plus ancienne de France est à moitié faux (ou à moitié vrai selon ton degré d’optimisme). Pour être exact, nous devrions dire qu’elle est la cathédrale possédant les parties les plus anciennes de France.

Je t’avoue être un peu déçu par cette réponse. Tout de même, le christianisme s’est implanté en Gaule bien avant l’an 1000. Ne peut-on pas trouver ailleurs des pierres plus vénérables par leur âge ?

Les premières cathédrales

Retiens ce nombre, cher Google : 313. Non, ce n’est pas le nombre d’Internautes qui, en 2020, ont tapé « Attestation Covid » chaque milliseconde en France. Non, c’est une date fondamentale dans l’histoire du christianisme : en l’an 313, l’empereur romain Constantin légalise cette religion jusque-là tolérée, et parfois menacée. Avant la fin du siècle, le christianisme devient même religion d’État. Ces deux décisions bouleversent l’aspect des villes. 

L'empereur Constantin
A droite, l’empereur Constantin offre la basilique Sainte-Sophie à la Vierge. Mosaïque Xe siècle de la basilique Sainte-Sophie à Istanbul (Myrabella/Wikimedia Commons)

Au lieu de se réunir dans des maisons discrètes ou privées, les chrétiens peuvent désormais bâtir des édifices de culte plus ostentatoires : les cathédrales. Le mot n’existe pas toutefois (ça je te l’avais déjà dit). À la place, on rencontre le terme « ecclesia » dans les textes pour désigner la principale église du diocèse.

Donc, si tu suis bien, à partir de 313, on devrait voir émerger du tissu urbain, les premières ecclesiae. Eh bien non…

L’expansion du christianisme

Le christianisme ne s’est pas développé aussi rapidement que toi, jeune start-up. En 313, les chrétiens n’étaient pas encore très nombreux en Gaule. A cause de la distance. Le christianisme est en effet une religion originaire de l’autre bout de Méditerranée. Soit des milliers de kilomètres. Je sais que pour toi, avec la fibre optique, c’est comme si c’était la porte d’à-côté. Mais à cette époque, c’était beaucoup. Le christianisme pénétra donc assez tard en Europe occidentale. Les premières communautés importantes se formèrent dans les villes, notamment dans les capitales de cité, c’est-à-dire les principaux centres administratifs de l’Empire romain. Des évêques y furent progressivement installés.

En l’an 314, le concile d’Arles réunit seulement une dizaine d’évêques venus de Gaule : Lyon, Marseille, Rouen, Autun… C’est dire que le maillage religieux était encore lâche.

Même dans ces villes précocement christianisées, la cathédrale n’existait peut-être pas. Les prélats n’avaient certainement pas encore rassemblé les fonds – investi si tu préfères – pour la construction des édifices de culte. La mise en place des premières cathédrales s’est faite lentement. C’est l’archéologie qui nous le dit.

Le top 5 des vieilles dames

Depuis une cinquantaine d’années, les opérations archéologiques se multiplient pour retrouver les traces de la topographie chrétienne antique. Premier bilan : c’est parfois dans les couches de la seconde moitié du IVe siècle (quelques décennies après la légalisation du christianisme) et plus couramment au Ve siècle que les archéologues dégagent les premiers édifices de culte en Gaule.

Grâce à ton moteur de recherche, je crois pouvoir affirmer qu’Arles et Rouen abritent les monuments les plus anciens. Tu vois que tu n’es pas toujours dans les choux. J’ajoute aussi Trèves, Cologne et Genève, qui, bien que non françaises, se trouvaient en Gaule. D’ailleurs, ça m’aurait bien arrangé que ton Google Maps me fasse une petite carte de la Gaule au temps de Jules César. Comme ça les lecteurs se seraient rendus compte que la Gaule s’étendait sur la France mais aussi sur la Belgique, la Suisse et une partie de l’Allemagne. Mais les cartes historiques, c’est pas ton truc. Ça marche pas avec les GPS.

Pas grave. Retiens surtout les cinq villes que je t’ai citées. Ainsi quand je taperai « plus vieille cathédrale de France » dans ton moteur de recherche, tu seras moins à l’ouest.

Sous cette cour, à côté de la cathédrale de Rouen, furent découvertes les vestiges de deux basiliques du IVe siècle.

Cathédrales doubles

Une dernière chose avant de te quitter. Curieusement, dans ces villes, les archéologues retrouvent non pas une, mais souvent deux églises côte à côte. Autrement dit il y avait des cathédrales doubles. Ou une église principale et une église secondaire.

Et ce n’est pas tout. Dans la zone de fouilles, les pelleteuses et les truelles dégagent les fondations d’autres édifices : le palais de l’évêque, des locaux de service et surtout des baptistères. À ces époques lointaines, le baptême était administré non pas dans l’église, mais dans un édifice indépendant, le baptistère, à l’intérieur duquel se trouvait une piscine. Le fidèle, généralement un adulte, était baptisé en s’immergeant dans l’eau. Tous ces édifices — églises, résidence, baptistère — formaient ce que les archéologues appellent un « groupe épiscopal », autrement dit un quartier ecclésiastique, qui, comme à Genève, pouvait occuper un quart de la ville intra-muros. Incroyable, non ? Je crains que ces informations t’excitent autant qu’une augmentation de 10 $ de ton chiffre d’affaires.

Baptistère de Poitiers
Le baptistère de Poitiers, dont les parties les plus anciennes remontent au Ve siècle. Il est transformé en église.

Dernier conseil : dans le domaine de l’archéologie, les choses évoluent (moins toutefois que ton algorithme). D’autres groupes épiscopaux dorment dans le sous-sol de France. Si bien que dans les prochaines années, il est possible qu’on découvre des cathédrales encore plus proches de la date fondatrice de 313 (à condition de pouvoir les dater si précisément). Actualise bien tes résultats de recherche.

Pour finir, je t’ai fais une carte pour que tu te repères plus facilement parmi les plus vieux édifices chrétiens. T’as plus d’excuse pour raconter n’importe quoi.

Les groupes épiscopaux en France aux IVe et Ve siècles selon l’archéologie :

Partager l'article

Vous pourriez aimer aussi...

23 Responses

  1. BONNOT dit :

    Mon cher Laurent, vous parlez « ex cathedra », et c’est un plaisir de temps en temps de prendre Google en flagrant délit d’incompétence, debout en sa « chaire » ! Mais pardonnons lui : il n’est qu’en créateur de liens (numériques). Et il est incontournable pour notre « ecclesia » de fidèles curieux !
    Cordialement. Michel

    • Laurent Ridel dit :

      Tout à fait. En réalité, j’adore Google. C’est de loin le meilleur moteur de recherche. Et comme je ne peux pas m’empêcher de chercher.

  2. Chabert Marc dit :

    Bravo bravo!! Toujours passionnant et tellement bien écrit ! Vive la culture à la portée de tous et m… à Google 😃
    Marc

    • Laurent Ridel dit :

      Merci Marc. En fait, je ne peux pas en vouloir à Google, son moteur de recherche me rend tellement service. Mais il a quelques ratés, comme sur la question de la plus petite cathédrale de France.

  3. Aurélie dit :

    Encore un article plein d’humour et de savoir. C’est un vrai plaisir de vous lire…. Une petite madeleine de Proust le dimanche, quel bonheur et toujours renouvelé ! A bientôt pour le 200 ème article.

  4. Marcel Arial dit :

    J’ai aimé le ton humoristique de cette article, très intéressant et instructif.

  5. Merci et 100 fois bravo Laurent ! L’article invite à la prudence et se défie des affirmations péremptoires et définitives. Au reste, sur France Inter, un historien et conservateur – Xavier Dectot – prétendait, en 2019, que c’est à Bordeaux que la première cathédrale avait vu le jour (il évoquait Trèves également mais pour ce qui relève des  » limites de la France actuelle » il retenait Bordeaux). Interroger notre mémoire commune toujours reste l’essentiel et les réponses définitives importent moins que les questions sollicitant sans « trêve » l’héritage partagé. Jean-François

    • Laurent Ridel dit :

      A Bordeaux, les archéologues ont en effet retrouvé une abside qui pourrait appartenir à la cathédrale paléochrétienne. Elle remonterait à la fin du IVe siècle. Mais à Rouen, l’une des basiliques dégagées en fouilles est datée du milieu du IVe siècle. C’est un peu plus vieux.

  6. Lillianne dit :

    Magnifique article comme d’habitude. Merci de nous instruire ainsi qu’à Google 🙂

  7. Didier Kropp dit :

    Je pense que si une ville peut s’enorgueillir d’avoir « La plus vieille cathédrale de France », ça ne peut être qu’excellent pour le tourisme, d’où peut-être une compétition qui ne dit pas son nom…
    Il y a un projet à Chartres https://www.chartres.fr/grands-projets/esplanade-cathedrale/ qui va amener les archéologues à reprendre des fouilles interrompues depuis une vingtaine d’années. On sait que la cathédrale gothique actuelle a été bâtie sur une église romane datant du VIe siècle – au dire des historiens.
    Mais voila, des légendes font remonter à 350 la construction de la première cathédrale… mais est-ce que ce sont vraiment des légendes ?
    Quel suspense 🙂
    La difficulté des historiens est de démêler le vrai du faux, les sources écrites sont parcellaires, incomplètes et contradictoires, et les objets que l’on trouve lors des fouilles peuvent poser plus de questions qu’ils n’apportent de réponse.
    En tout cas, c’est passionnant !

    • Laurent Ridel dit :

      Il n’y a pas obligatoirement contradiction : à Chartres, les historiens soupçonnent un déplacement de la cathédrale. La première ne se trouvait peut-être pas dans ce secteur de la ville. Dans ce cas, les fouilles de l’esplanade ne nous apprendront rien. Du moins pas sur ce sujet. Quoiqu’il en soit, les résultats devraient être passionnants comme vous dites.

  8. MICHELE PARAILLOUS dit :

    Bonjour Laurent, nouvellement abonnée, je me passionne pour vos explications.
    Un grand merci.
    Michèle

  9. Pele dit :

    Effectivement cet article est fort intéressant… je suis également une récente abonnée et je me délecte! Merci !

  10. chantal PESTRE dit :

    bonjour Laurent je relis cet envoi qui date un peu (mais j’archive tout) et je suis étonnée que vous ne citiez pas LYON en tant que ville des « premiers chrétiens et ses martyres, dont Ste Blandine et St Irénée) car de nombreux vestiges en attestent. Ce n’est pas du tout par « chauvinisme », mais je crois assez bien connaitre notamment la Cathédrale SAINT JEAN qui repose sur une première église chrétienne fort ancienne. ainsi que l’église ST IRENEE dans le quartier de SAINT JUST, qui daterait du 4ème siècle? A ST JEAN j’ai eu le privilège de pouvoir faire en visite « privée » la découverte des cryptes successives…Je ne suis pas lyonnaise de souche mais cela me parait important pour notre ville qui fut avant tout « romaine » puis « chrétienne »…Qu’en pensez vous? je suis peut être « hors sujet » mais nous avons des « restes » qui méritent je pense d’être cités!! Et pour finir sur une note d’humour nous avons à LYON 3 fleuves : Le Rhône, la Saône et le Beaujolais!! Bien à vous Chantal PESTRE.

    • Laurent Ridel dit :

      Bonjour Chantal. Merci de déterrer cet article 🙂
      Lyon est à coup sûr un très ancien lieu du christianisme. Toutefois, les archéologues n’ont pas réussi à remonter plus loin que le VIe siècle, dans la datation du groupe épiscopal. http://www.archeologie.lyon.fr/archeo/sections/fr/sites_archeologiques/69005_lyon/groupe_episcopal_de1770
      Mais peut-être que des fouilles plus récentes ont revu cette histoire des premiers temps du christianisme.

      • chantal PESTRE dit :

        merci beaucoup Laurent pour votre retour ainsi que le « lien » rattaché qui va m’être très utile…il est vrai que les découvertes se sont souvent au hasard de travaux d’urbanisme…par contre je viens de « bidouiller » sur votre blog car je voulais créer un site web, ayant un doute, j’ai tout « planté »…Donc merci si vous le pouvez de vérifier que je suis toujours bien inscrite à TOUS VOS ENVOIS….car je les reçois avec le plus grand plaisir. Hélas je suis nulle avec ce « vocabulaire » numérique et je fais parfois des boulettes…Bien à vous Chantal PESTRE

  11. LAVAL Aain dit :

    Bonjour Laurent,
    Nouvellement abonné, je découvre avec plaisir vos documentaires qui sont pour moi (passionné) des leçons d’histoire. Natif, et habitant le Périgord, ma curiosité des « vieilles demeures » s’est naturellement tournée vers les édifices tels que chateaux et batiments religieux.. je suis gaté, mais mon regard sur les autres édifices français ou autres ,n’en est pas moins intéressé. Merci encore de nous faire partager votre savoir. Un réel plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.