Des églises sans transept ! (VIDEO)

Le transept, c’est la partie de l’église, située entre le chœur et la nef. Elle donne souvent au bâtiment un plan en forme de croix. Pourquoi des églises en sont dépourvues ? Elles sont plus nombreuses qu’on ne le croit.

photo : Eglise d’Ussy (Calvados)

Transcription du texte :

Pourquoi certaines églises n’ont pas de transept ? C’est la question que Thomas m’a posé sur Facebook. Vous savez, le transept, c’est cette partie transversale de l’église. Elle donne souvent au bâtiment un plan en forme de croix. Thomas s’étonne que des églises ne possèdent pas de transept, ce qui lui semble anormal. Si vous pensez comme lui, sachez que je ne suis pas totalement d’accord.

En effet, à mes yeux, les églises avec transept ne sont pas les plus courantes. Pour vérifier mon intuition, je me suis amusé à prendre un territoire au hasard. Et à étudier le plan des édifices religieux. Nous partons dans le Gers, un secteur particulièrement rural. Pour vous donner un ordre d’idée, la commune la plus importante Masseube compte 1500 habitants. Comme c’est loin de chez moi, j’ai voyagé jusque là-bas grâce à Google Street View. Que donne ma virée virtuelle ? Sur les 24 églises paroissiales, j’en compte 15 dépourvues de transept, soit 62 %, autrement la majorité. J’ai conscience que mon test n’a pas grande valeur scientifique, car, peut-être en choisissant une autre région, les résultats auraient été différents. En effet, vous verrez tout à l’heure que mon test est en vérité biaisé. Mais il reste plus fiable qu’un jugement au doigt mouillé.

Pour le moment, comprenez qu’il n’existe pas de règle dans le plan des églises. Le pape n’en a pas imposé un dans le monde catholique. Les commanditaires peuvent construire comme ils veulent. Pour autant, ils restent souvent classiques dans leur choix. Ils essaient de respecter des traditions architecturales. D’où quelques plans reproduits aux 4 coins de la France. Je vois deux modèles principaux : d’abord, le rectangle. C’est à mon avis, le plus fréquent. Ensuite le plan en forme de croix, qui intègre généralement un transept. Si vous pensez que votre église ne correspond pas à l’un de ces deux modèles, peut-être qu’elle n’en est qu’une variante. Par exemple, une abside a été ajoutée au bout de l’église… ou des chapelles orientées ou encore des tours.

Je suis peut-être allé trop vite dans la définition du transept. C’est cette partie qui s’intercale entre la nef et le chœur. Elle est constituée au moins de 3 parties : la croisée au centre, et les bras aux extrémités sud et nord. L’ensemble nef-transept-chœur ressemble à une croix. Et c’est d’ailleurs l’une des raisons de l’adoption du transept : sa présence donne une forme éminemment symbolique à un édifice catholique. Mais est-ce toujours si clair ? Prenez le plan de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Transept ou pas transept ? Si, il y a bien un transept. Ce qui vous perturbe probablement, c’est que ce transept n’est pas débordant ; le plan n’a pas la forme d’une croix. C’est en élévation que le doute se lève : ND de Paris possède bien un transept.

À ce stade de la vidéo, vous restez sûrement sur votre fin. Surtout Thomas qui m’a posé la question : pourquoi mettre ou ne pas mettre un transept ? Je vous ai déjà parlé de la raison symbolique du transept, mais il y a aussi des raisons pratiques et fonctionnelles. Le transept augmente la capacité d’accueil d’une église. Le transept contribue à la solidité du bâtiment. Il contrebute en effet la croisée, zone qui subit souvent de grandes pressions à cause de l’élévation de la tour. En résumé, le transept se retrouve principalement chez les églises ambitieuses dans leur architecture : celles qui accueillent des foules de paroissiens et de pèlerins, celles qui sont coiffées d’une haute tour en leur centre. Bref, plutôt des grandes églises.

C’est sur ce point que vous comprenez combien mon test sur un morceau du Gers est biaisé. J’ai choisi un secteur rural. Les villages ne comptent pour la plupart que quelques centaines d’habitants. Par conséquent, on a affaire à de petites églises pour qui le transept est une sophistication architecturale superflue. En prime, et ça je vous l’avais caché, le sud de la France a toujours privilégié les plans rectangulaires plutôt que cruciformes. Je vous parlais tout à l’heure de traditions architecturales. On est en plein dedans. Dans le sud de la France, le transept a moins les faveurs des bâtisseurs.

Cependant, comme souvent en architecture, il existe des exceptions à la règle. Au centre de la France, à Bourges, la cathédrale ne possède pas de transept. C’est pourtant une énorme église. L’architecte recherchait la continuité des volumes. L’intégration d’un transept aurait cassé la perspective ou l’unité du bâtiment.

Mais la majorité des cathédrales, la plupart des grandes églises recourent aux transepts. Elles le magnifient même : les bâtisseurs l’ont percé d’un magnifique portail voire d’une rosace, ils l’ont encadré de tours ou de tourelles. À Beauvais ou à Châlons-en-Champagne, l’entrée principale de la cathédrale se trouve même dans le bras sud et non sur la façade ouest. C’est dire son importance.

Vous rencontrez des bâtisseurs follement amoureux des transepts au point d’en construire deux dans leur bâtiment. Oui, il existe des églises à double transept ! Les abbatiales de Saint-Benoît-sur-Loire, Cluny III, la collégiale de Saint-Quentin… Ce sont des cas exceptionnels. Prenez conscience de votre chance de tomber sur ces spécimens.

Après avoir terminé cette vidéo, pensez à vérifier dans votre ville, dans votre village, si l’église comprend ou non un transept. Comparez-la avec les édifices de la région. Suivent-ils le même modèle ? Écrivez le bilan de votre exploration en commentaire. À bientôt pour une nouvelle question résolue.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *