Décoder une image médiévale

Un visiteur d’église peut difficilement comprendre une peinture ou un vitrail du Moyen Âge tant qu’il ne s’appuie pas sur les gestes ou les postures des personnages représentés. Ces détails sont toujours lourds de signification. Encore faut-il savoir les déchiffrer.

À la différence d’une bande dessinée, les scènes sculptées ou peintes dans une église n’ont généralement pas de bulles ou d’explications. Une clé est nécessaire à leur compréhension : l’observation et l’interprétation des gestes. Ces détails vous renseignent sur l’émotion d’un personnage, sa moralité, son rang ou son action. Petit cours de déchiffrage d’images qui, même sans mots, ne sont jamais muettes.

Les gestes religieux.

Commençons par deux gestes facilement identifiables.

Son nom figure au-dessus de lui : je vous présente Henri Noblet. Sur ce beau vitrail, ce chanoine de la cathédrale de Chartres adresse sa prière au Christ.

vitrail Chartres
Détail d’un vitrail de la cathédrale de Chartres.

Le Christ se tient en majesté : assis dans un trône, il est droit, dans une position frontale par rapport au spectateur. D’une main (forcément la droite), il bénit ; de l’autre, il tient un livre. La bénédiction est d’abord une parole : on souhaite à haute voix la protection de Dieu à quelqu’un ou à quelque chose. Parole qui se double d’un geste, et ça, une image peut l’évoquer à la différence du son. Précisément, le Christ lève deux doigts de sa main, l’index et le majeur. Avec ce geste, il fait un signe de croix.

Dans l’autre main, le livre fermé symbolise l’enseignement du Christ, ses paroles de sagesse. Je ne développe pas, car je traite de ce sujet dans cet autre article, décoder 7 objets symboliques de l’art chrétien.  

Quant au chanoine, l’interprétation de son geste ne fait pas de doute. Les mains jointes, à hauteur de la poitrine, il prie. Ce geste de dévotion rappelle la cérémonie de l’hommage, lorsqu’un vassal s’agenouillait devant son seigneur et fermait ses paumes devant lui. Par ce geste, le vassal exprimait son respect et sa soumission.

Mais avant le XIIIe siècle, on ne priait pas toujours ainsi.

Haut les mains !

Saint Sébastien chapiteau
Chapiteau roman de l’abbatiale de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme)

Voici saint Sébastien. À gauche, un archer est en train de le viser. Et que fait le saint ? Il élève ses deux mains en l’air, comme la victime d’un hold-up. Drôle d’idée. Sauf, si on comprend la signification du geste au Moyen Âge.

En fait saint Sébastien prie. Cette position dite de l’orant est, jusqu’à l’époque romane, la manière habituelle de prier. Dans l’Antiquité, les païens adoraient leur dieu ainsi, à cette différence que les bras étaient levés. Les chrétiens, soi-disant en signe d’humilité, ont légèrement modifié le geste, en pliant les bras.

orants anges
Voussures du portail de la cathédrale d’Arles (XIIe siècle)

Fort de la connaissance de ce geste, vous vous empresserez de considérer les anges ci-dessus comme des orants. Mais sont-ils effectivement en train de prier ? Je n’en suis pas sûr. Un même geste peut avoir plusieurs sens. Les deux bras écartés en l’air peuvent aussi traduire l’ascension. C’est la façon de montrer qu’un personnage s’élève dans le ciel. Et pour des anges, ça n’a rien d’incongru. De nos jours, un auteur de BD aurait dessiné des traits verticaux sous les personnages pour faire comprendre ce mouvement.

L’expression des états d’âme

saint jean crucifixion avignon
Détail d’un retable. Peinture attribuée à Lorenzo d’Alessandro, seconde moitié du XVe siècle, musée du Petit-Palais à Avignon

Au XVe siècle, l’Italie baigne dans la Renaissance. Pour représenter la tristesse et le désespoir de saint Jean (le Christ vient de mourir), le peintre a utilisé des moyens « modernes » : larme qui coule sur une joue, regard vers le sol, bouche légèrement affaissée…

De notre côté des Alpes, on use généralement de moyens plus grossiers, surtout quand l’image, petite, n’autorise pas un luxe de détails.

dormition
Dormition de la Vierge. Détail d’un vitrail de la cathédrale de Chartres (XIIIe siècle).

La Vierge meurt, entourée des apôtres. Au centre, l’un d’entre eux est particulièrement affecté : il met sa main contre sa joue. Presque comme saint Jean ci-dessus. C’est le geste habituel au Moyen Âge pour exprimer le désespoir, la douleur de perdre un être cher.

avignon retable
Crucifixion. Détail d’un retable. Peinture attribuée à Lorenzo d’Alessandro, seconde moitié du XVe siècle, musée du Petit-Palais à Avignon

Ici, c’est la mort du Christ qui afflige les anges. L’un d’entre eux exprime son désespoir comme Clark Kent se transforme en Superman : il se met à déchirer son vêtement. Une façon dramatique de montrer l’intensité de sa douleur : la poitrine du malheureux semble prête à éclater ou le cœur à s’enflammer.  

Les gestes mal compris

Résurrection du Christ
Détail du calvaire de Plougastel-Daoulas (Finistère). Comme j’ai pris la photo en Bretagne, ne vous étonnez pas qu’il pleuve.

De part et d’autre du Christ sortant de son tombeau, deux soldats appuient une main contre leur tête. Presque comme saint Pierre plus haut. Mais ce n’est pas ici un geste d’affliction. Ce ne sont pas non plus des chanteurs corses a capella. Tout simplement, ces soldats dorment. Le sommeil ou le songe sont souvent représentés par des personnages qui appuient leur tête sur une main. « Facile », pensez-vous ? La sculpture suivante, qui se trouve à quelques centimètres, pose plus de difficulté.

christ et juge
Détail du calvaire de Plougastel-Daoulas (Finistère).

Un homme compte sur ses doigts. À ses côtés, le Christ, couvert de la couronne d’épines, subit les humiliantes étapes de sa Passion. Mon interprétation est de voir dans le premier homme un juge. Il est en train de développer l’accusation du Christ ; ses doigts lui permettent d’exprimer à quel point de son argumentation il est arrivé. Les enseignants, les philosophes, les orateurs ont souvent cette attitude dans les images médiévales.

L’Annonciation : une scène où s’exercer

Dans vos visites d’églises, vous rencontrerez souvent des représentations de l’Annonciation. Dans cette scène, l’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle enfantera le fils de Dieu. Profitez-en pour observer les gestes parlants des deux personnages.

Annonciation
L’Annonciation, école flamande du début du XVIIe siècle, huile sur panneau, collection particulière du Sud-Ouest de la France.

Ici, l’ange Gabriel indique d’une main le ciel. C’est sa façon de montrer l’origine de sa mission, autrement dit elle vient de Dieu. À gauche, Marie accueille l’information en posant sa main sur sa poitrine. Le geste peut sembler anodin. Or, selon l’historienne de l’art Barbara Pasquinelli, il traduit « une attitude d’acceptation et de soumission à une volonté imposée ». De ce simple mouvement, le spectateur déduit l’accord de Marie au commandement divin.

Comparez cette peinture avec d’autres Annonciations. Les positions peuvent varier. Il arrive que Marie témoigne de son humilité et de sa soumission en inclinant la tête et en croisant ses deux bras sur la poitrine.

Passons à une femme plus rebelle.

Rapport de domination masculin-féminin

chapiteau adam et ève
Chapiteau de l’abbatiale Notre-Dame du Port à Clermont-Ferrand

Cette face de chapiteau est remarquable par la chaîne que forment les trois personnages, l’ange, Adam et Ève. Ces derniers viennent de goûter le fruit défendu. Vient l’heure de la sanction. La chaîne commence à droite par la poigne de l’ange sur un rameau. De son autre main, il tire la barbe d’Adam. Sûrement pas par jeu. Dans l’imagerie du Moyen Âge, seul un personnage dominant peut se permettre de tirer la barbe d’un autre. Le geste, humiliant pour celui qui le subit, agit ici comme un rappel à l’ordre. Adam n’a-t-il pas succombé à la tentation ?

Un autre geste manifeste un pouvoir coercitif : le fait de tirer les cheveux de l’autre. C’est justement ce que pratique Adam à l’égard d’Ève. Cherche-t-il à se venger de la faute à laquelle elle l’a poussée ? Adam en rajoute en posant son pied sur la jambe d’Ève, autre indice de domination violente. Pauvre Ève : elle se trouve malmenée par son homme. Elle se tire les cheveux, geste qui exprime le désespoir. Elle sera bientôt chassée du paradis. De son autre main, elle tient la feuille d’une branche afin de cacher sa nudité. La boucle est bouclée avec le geste de l’ange.

Parler sans mots

vitrail charlemagne chartres
Vitrail de Charlemagne dans la cathédrale de Chartres (XIIIe siècle)

Un personnage levant le doigt manifeste notamment son autorité, morale ou politique. Position renforcée par sa position sur un siège ou par sa taille supérieure (ici le cheval aide). L’index pointé peut aussi symboliser un ordre donné. Sur ce vitrail, Charlemagne commande l’édification d’un monument.

vitrail chartres
Simon et Jude. Détail d’un vitrail de la cathédrale de Chartres (XIIIe siècle). Encore Chartres mais avouez qu’on ne s’en lasse pas.

Pour décoder les images médiévales, il faut se garder d’une lecture automatique. Prenez toujours en considération le contexte.

Malgré leurs doigts levés, les deux personnages au centre ne donnent pas d’ordre. Ce sont plutôt des gestes d’orateur. Ils débattent. Deux médaillons séparent les camps. À gauche, les deux saints, Simon et Jude ; à droite, deux magiciens. D’une main ouverte côté paume, on peut déduire l’acceptation d’un argument, ou dans notre cas, le simple fait de parler. Car je doute que le premier saint soit convaincu par ses adversaires. Comment pourrait-il l’être alors qu’entre les magiciens, se trouve un démon rouge qui sûrement les inspire ? 

C’est le moment d’entrer dans la face obscure des personnages.

Le corps, miroir de l’âme

inverti
Un inverti. Modillon de l’église Sainte-Radegonde de Poitiers.

On peut s’interroger sur le sens de sculpter des personnages dans des positions contorsionnées. Soyez sûr que vous avez affaire à un pécheur. Au lieu de regarder vers le ciel, il renverse sa tête. Traduction : il se détourne de Dieu et revient à la Terre. Cet homme ne s’élève pas physiquement et donc spirituellement. On comprend pourquoi les clercs blâmaient les acrobates.

démon
Combat de démons. Chapiteau roman de la basilique de Vézelay (Yonne)

Au contraire du moine, au geste mesuré, maîtrisé, les personnes mauvaises se distinguent par leur gesticulation. « Leur mouvement excessif, bruyant et désordonné [sont] la marque de la possession diabolique », explique l’historienne de l’art, Dominique Donadieu-Rigaut. J’en parlais déjà dans cette vidéo sur le diable.

pécheur
Cul-de-lampe figuré dans l’abbatiale de Fécamp (Seine-Maritime).

De même, méfiez-vous des personnages aux jambes écartées. Ils n’ont pas l’attitude digne de personnages respectables. Leur déséquilibre traduit le désordre moral qui les habite. Leur nudité agit encore moins en leur faveur. L’écartement des jambes devient alors obscène. Notre personnage est-il coupable de luxure, le péché des débauchés ?

La reconnaissance des gestes et postures demande de l’entraînement. N’hésitez pas à dresser un tableau des gestes et de leur signification : prier, bénir, accepter, être désespéré, humilier… Vous vous surprendrez à comprendre des scènes religieuses alors que vous ne reconnaissez aucun des personnages.

Partager l'article

Vous pourriez aimer aussi...

14 Responses

  1. Y. Gille dit :

    La position de l’orant est redevenue d’actualité puisque c’est celle recommandé depuis quelques décennies lors de la récitation du Notre Père avant la communion.

  2. Bonjour Laurent, heureux de découvrir ce nouvel article vraiment très instructif.
    Les gestes des mains sont souvent liés à une culture, ainsi la représentation des idées dans le monde méditerranéen s’exprimera plus avec une gestuelle « abondante » qu’elle ne le sera dans la culture nordique. Ceci, ou cet apriori, se retrouve t’il dans l’iconographie des pays du nord?
    Au plaisir de lire vos prochains écrits.
    Vincent

  3. Michel C. dit :

    Très intéressant, et très utile pour ceux qui cherchent à comprendre le sens profond de ce qu’ils observent. Merci Laurent.
    Pour avoir rédigé une description d’un vitrail de l’Annonciation (situé à Saint-Pierre-Langers, dans la Manche), j’ai trouvé que l’artiste avait le choix entre les cinq moments de l’annonciation: la salutatio, la conturbatio (le trouble de Marie), l’annuntiatio, le quomodo (les explications de l’ange) et l’acceptatio, qui se trouve être le moment préféré des artistes.
    Vivement la semaine prochaine.

    • Laurent Ridel dit :

      Remarque intéressante Michel. L’art médiéval aime condenser en une seule scène plusieurs épisodes si bien que la salutatio, la conturbatio et l’acceptatio se trouvent souvent sur la même image.

  4. Alexandre dit :

    Avec un brin d’humour, j’affirme que dans la période actuelle, lorsque qu’il pleut en Bretagne c’est de l’eau bénite !… ( à Plougastel-Daoulas comme ailleurs …).

  5. Rodolphe dit :

    Super article, comme d’habitude. Dans l’un de ses livres, Paule Amblard parle d’une « très vieille liste qui donne la signification d’une centaine de gestes ». Je suis intéressé par ce document, mais je ne sais pas de quoi il s’agit… Si quelqu’un a la réponse… Merci d’avance !

  6. Solange Sudarskis dit :

    Lever les mains pour un orant n’est-il pas une posture pour accueillir l’esprit saint?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.