Les meilleurs musées du Moyen Âge en France et dans le monde

Si vous aimez le Moyen Âge, ne vous contentez pas des églises, des châteaux et des sites archéologiques. Visitez aussi les musées d’art et d’histoire. Rares sont toutefois les institutions qui revendiquent abriter principalement des collections médiévales. Où se concentrent-elles ?

Les musées dédiés en partie ou totalement au Moyen Âge naissent surtout au XIXe siècle. Ils sont devenus nécessaires pour deux raisons :

  • Des monuments ont été détruits, notamment en France avant, pendant et après la Révolution. Il faut un lieu pour conserver les éléments rescapés.
  • Dans les années 1830, se développe chez le public un intérêt pour le Moyen Âge, époque jusque là dévalorisée au profit de l’Antiquité. Pour assouvir cette soif, l’État achète les objets rassemblés par des collectionneurs privés.

Ces acquisitions sont aussi motivées par le nationalisme. Chaque pays s’inquiète d’une exportation de ses trésors. L’État essaie d’acquérir, selon ses moyens, les pièces menacées. Mais, comme on le verra, il n’y arrive pas toujours.

Vitrail saint denis musée moyen âge
Fabriqué vers 11400-1144, ce vitrail, en provenance de l’abbatiale de Saint-Denis, est conservé au musée national du Moyen Âge, à Paris

Dans cet article, je vous propose une sélection française et étrangère. Certains bénéficie de la description courte d’une œuvre phare. Suivez le guide.

Le Musée national du Moyen Âge, Paris

Ce musée occupe l’ancien hôtel particulier des abbés de Cluny à Paris. Au XIXe siècle, plusieurs locataires se le partagent. Parmi eux, Alexandre du Sommerard (1779-1842), conseiller à la Cour des comptes. L’homme a un défaut qu’il définit lui-même : il est « un vieux maniaque » d’œuvres et d’objets anciens. Son plaisir quotidien : vivre au milieu de ce groupement hétéroclite. 

Sa collection est si intéressante, qu’à sa mort, l’État l’achète ainsi que l’hôtel. De cette manière, il s’épargne le souci de déménager les 1500 objets rassemblés. L’édifice devient en 1844 le musée des thermes et de Cluny, aujourd’hui musée national du Moyen Âge. Il est actuellement fermé pour travaux. Vivement la réouverture en mars 2022.

Plus d’informations

Une œuvre : Les tapisseries de la Dame à la licorne

Détail d’une tapisserie de la Dame à la licorne. L’animal se regarde dans un miroir. C’est donc la vue qui est symbolisée.

Tissé vers 1500, cet ensemble de 6 tapisseries bénéficie de sa propre salle. Elles se distinguent par leur fond rouge constellé d’animaux, de plantes et de fleurs. Chaque pièce symbolise un sens (toucher, vue…). Les historiens de l’art débattent encore de l’interprétation de la 6e tapisserie, le 6e sens. Un indice est l’inscription énigmatique derrière la dame : « à mon seul désir ».

Le musée du Louvre, Paris

Imbattable dans la variété et la richesse de ses collections, le Louvre est une étape incontournable. Que le visiteur s’intéresse à l’Égypte pharaonique, à la Renaissance italienne ou l’art de l’islam, il trouvera son bonheur. Pour le Moyen Âge, remercions le peintre Pierre Révoil (1776-1842) et l’antiquaire Edme Antoine Durand (-1835) qui offrirent leurs collections au musée. Dans les deux cas, la transaction se fit contre argent. Le premier reçut 60 000 francs et mourut dans la misère, le second récupéra 480 000 francs, voyagea en Italie et continua d’acheter des antiquités dans les salles de ventes.

Plus d’informations

Une œuvre : Le Couronnement de la Vierge par Fra Angelico

Couronnement de la Vierge
Partie centrale du retable, représentant le Couronnement de la Vierge, par Fra Angelico, Musée du Louvre, Département des Peintures, © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Gérard Blot/Hervé Lewandowski

Cette œuvre ne faisait pas partie des collections Durand et Révoil mais provenait des pillages des guerres napoléoniennes. À la chute de l’empereur, la France dut renoncer à ses conquêtes militaires mais elle put conserver certaines œuvres d’art qu’elle avait ravies en Italie. Ainsi cette partie de retable installée à l’origine dans un couvent de Florence. Les couleurs sont claires, même pâle pour le bleu ; la perspective est maîtrisée dans le dessin de l’architecture et des corps. Un bel exemple de la Renaissance italienne du XVe siècle.

Sous un baldaquin, le Christ couronne sa mère devant une foule de saints, de saintes et d’anges. Reconnaissez-vous sainte Catherine à sa roue de martyre, Marie-Madeleine à son abondante chevelure blonde et saint Louis à sa couronne fleurdelysée ?

La Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris

Ne quittons pas Paris sans mon coup de cœur : le musée des monuments français installé au sein de la cité de l’architecture et du patrimoine. C’est un lieu insolite puisqu’il rassemble des moulages de chef-d’œuvre de la sculpture monumentale. Ainsi que des reproductions de peintures murales grandeur nature à l’intérieur d’architecture simulée.

Au final, rien n’est authentiquement médiéval dans ce musée mais quelle magie de passer, en quelques pas, du portail roman de l’abbatiale de Moissac à la coupole peinte de la cathédrale de Cahors, en passant par la façade de la cathédrale d’Arles.

Plus d’informations

Une œuvre : le portail de l’église abbatiale Saint-Pierre de Moissac

portail de Moissac

On croit être en Occitanie devant le monument de pierre mais ce n’est qu’une copie en plâtre réalisée vers 1880. Ce tympan, originellement sculpté vers 1120-1135, met en valeur le Christ. Il est assis entre les 4 « vivants » du tétramorphe, c’est-à-dire la représentation symbolique des 4 évangélistes (Mathieu/l’ange, Jean/l’aigle, Marc/le lion et Luc/le bœuf). Autour de ce groupe, les 24 vieillards de l’Apocalypse se tordent le cou pour les regarder.

Les musées de province en France

Mes quatre coups de cœur :

Les visiteurs et abonnés à mon site ont aussi conseillé :

Prolongez la liste en commentaire, au bas de cette page.

Musée oeuvre notre-dame
Une salle du musée de l’œuvre notre-dame à Strasbourg.

Les Cloisters, New York

« J’ai trois cloîtres à vendre », écrit sans plaisanter George Grey Barnard à sa belle-sœur en 1907. Barnard est un sculpteur américain sur la paille. Alors, pour gagner de l’argent, il s’est converti en antiquaire international. Ils parcourent les campagnes françaises à la recherche de propriétaires pressés de se débarrasser de leurs vieilles pierres. C’est ainsi qu’il met la main sur des cloîtres entiers ! Dont celui de l’abbatiale de Saint-Michel de Cuxa en Roussillon. Il envoie ses acquisitions dans sa ville de New York dans l’espoir de trouver des mécènes.

En 1925, John D. Rockefeller Jr. (1874-1960), le fils du célèbre magnat du pétrole, achète la collection personnelle de Barnard et l’offre au Metropolitan Museum of Art. Les Cloisters sont aujourd’hui un des départements de ce musée de Manhattan.

Vous comprenez maintenant ce paradoxe : l’un des principaux musées du Moyen Âge se trouve dans un pays qui ne possède aucune église ou aucun château de cette époque.

Plus d’informations

Une œuvre : le cloître de Saint-Michel de Cuxa

cloisters cloître cuxa
The Cloisters restitue le cadre d’un monastère médiéval (Metropolitan Museum of Art)

Œuvre du XIIe siècle, il forme le noyau du musée en offrant un cadre médiéval aux collections. Ses colonnes et ses chapiteaux sculptés d’animaux et de végétaux sont en marbre rose. Barnard a réussi à récupérer la moitié du cloître, le reste ayant été dispersé.

Victoria and Albert Museum, Londres

Les intimes et les connaisseurs l’appellent V&A. Il se vante d’être le plus grand musée d’art et de design du monde. Je suis tenté de le croire : sa base de données recense 2,3 millions d’objets. Une abondance à rendre jaloux un centre de distribution Amazon. Avec un tel chiffre, on est sûr, comme au Louvre, que le Moyen Âge sera bien représenté.

Plus d’informations

Une œuvre : la châsse romane de Thomas Becket

Châsse de Saint Thomas Becket
Châsse de saint Thomas Becket (Victoria and Albert Museum/Wikimedia Commons). La scène du bas représente le meurtre de l’archevêque.

En 1170, saint Thomas Becket fut tué en sa cathédrale de Cantorbéry par quatre chevaliers au service du roi d’Angleterre Henri II. Cet assassinat fit de l’archevêque un martyr de l’Église et un saint très célébré, même sur le continent. Ses reliques furent conservées dans des châsses souvent de conception française. Limoges était en effet réputé pour ses coffrets en émaux comme celui-ci.

Le musée national d’art de Catalogne, Barcelone

En 1919, à Barcelone, les conservateurs de l’art s’inquiètent pour plusieurs églises isolées dans les Pyrénées : leurs peintures murales commencent à être pillées. Ils prennent une décision controversée : acheter les œuvres, les détacher de la paroi et les installer dans un musée barcelonais.

Le musée national d’art de Catalogne, ce sont aussi — si on se limite à la période médiévale — des statues en bois, des sculptures en pierre et des pièces d’orfèvrerie. Un lieu conseillé en particulier aux amateurs d’art roman.

Plus d’informations

Une œuvre : Chœur peint de Saint-Clément de Taüll

abside de Saint-Clément de Tahull
Photo : Enfo/wikimedia Commons

On ne connaît pas l’auteur de cette peinture réalisée vers 1123 et couvrant, avant son transfert, la voûte d’une église catalane. Entouré d’anges et des évangélistes, le Christ apparaît en gloire au-dessus d’une rangée de saints. Les traits dégagent une telle vigueur que l’œuvre influencera les tableaux d’artistes modernes comme Picasso et Francis Picabia.

D’autres musées en Europe

Les visiteurs et abonnés à mon site ont aussi conseillé :

Si vous avez visité ces musées, partagez vos impressions en commentaire, tout en bas de la page.

Partager l'article

Vous pourriez aimer aussi...

43 Responses

  1. Paul dit :

    Je suppose que nous allons recevoir une avalanche de suggestions de musées, non repris dans cette article et que vos lecteurs souhaitent mettre à l’honneur.
    Souhaitons une belle récolte, le Moyen-Âge (un peu off topic) est bien trop grand pour être enfermé dans six exemples.

    • Laurent Ridel dit :

      Des propositions ?

      • Marie-Gabrielle Leblanc dit :

        Bonnes suggestions ci-dessous. On pense aussi au musée du petit Palais à Avignon, et au musée Pierre de Luxembourg à Villeneuve les Avignon (Enguerrand Quarton). En Italie, ils sont des centaines, mais le museo del Opera del Duomo à Sienne abrite le chef-d’œuvre, la Maestà de Duccio. J’aime beaucoup aussi, en Hongrie, le musée Chrétien à Esztergom ainsi que le musée de la cathédrale de la même ville. A Budapest, la Galerie Nationale a un étage entier de retables gothiques. Le musée national de Varsovie a une collection phénoménale d’art médiéval peint et sculpté.

  2. HUBER Pierre dit :

    Pourquoi pas le Musée Rolin à Autun avec, entre autres beautés, l’Eve de Gislebertus ?

  3. Djenn dit :

    Le palais du Tau à Reims : tapisseries, sculptures monumentales et trésor de la cathédrale

    • Laurent Ridel dit :

      J’y suis entré mais je n’ai pas été plus loin que la librairie. Il ne faut jamais mettre des livres en travers de mon chemin. Ça me dévoie.

  4. Jean-Pierre de Thiais dit :

    Merci Laurent pour ces suggestions.
    Pour ma part, j’aime beaucoup la riche collection d’art du musée d’Amiens. Beaucoup d’oeuvres religieuses, que l’on peut également découvrir sur internet.

  5. thierry TRIFAULT dit :

    Bonjour, UN GRAND MERCI pour toute cette documentation HYPER INTÉRESSANTE ET PASSIONNANTE

  6. Gasnier dit :

    Merci
    Et bien sûr le palais du Tau à Reims

  7. Habsch Bernard dit :

    Liegeois d’origine et de cœur je ne puis que vous conseiller le Grand Curtiss à Liège et le Trésor de la Cathédrale. Liege, en Wallonie belge, était la capitale d’une principauté épiscopale à cheval sur la culture latine et germanique en faisant partie de Saint Empire Germanique. L’architecture Ottonienne y est toujours visible et une orfèvrerie religieuse spécifique y est exposée.

  8. Alessandro dit :

    Liste très intéressant pour la France, merci, je vais l’utiliser – mais l’Italie ? A première vue, au moins le musée du Bargello à Florence, la Pinacothèque nationale de Sienne, de Bologne – du Vatican, je pense qu’il est impossible d’en faire une liste exhaustive…

  9. Bernard dit :

    Dol de Bretagne : si vous passez par le Mont Saint Michel, ne manquez pas le détour, comme je l’ai fait, par Dol de Bretagne, juste à côté : vous serez surpris, comme moi, par un musée consacré aux techniques de construction des cathédrales, le seul de France comme ils disent : le cathédraloscope , voir ici http://cathedraloscope.com/
    c’est très bien fait, très complet, et donc très surprenant

  10. José Manoel dit :

    Le Palais du Tau à Reims, le Musée des beaux arts à Dijon (les Pleurants du tombeau) et le Musée Unterlinden à Colmar (le Retable d’Issenheim).

  11. En Italie, il y a de magnifiques musées sur cette période et je conseille en particulier le musée diocésain de Parme, celui dell’opera del Duomo à Pise et celui de Florence. En revanche, je ne conseille pas trop le Bargello à Florence car la muséographie est vieillotte.

  12. yves dit :

    la Tapisserie de l’Apocalypse est un chef d’œuvre de l’art médiéval, unique au monde.
    A l’origine 140 mètres de long, 100 sont parvenus jusqu’à nous.
    C’est la plus importante tapisseries médiévales au monde:
    Constituée de six pièces mesurant environ 4.50 mètres de haut composées chacune d’un grand personnage introductif et de quatorze scènes, elle couvrait à l’origine une surface totale de 850 m²
    Pour la voir ? il faudra visiter le Château d’Angers et son musée.
    Quand on pénètre dans la pièce on ne peut que s’émerveille du travail accompli.

  13. Wauquier dit :

    et petit commentaire complémentaire : ce musée, de relativement petite dimension, présente tous les aspects de l’environnement et de l’art de bâtir les cathédrales, même j’en connaissais pas mal avant d’y entrer j’y ai pris plaisir avec les nombreuses illustrations et maquettes en 3 d. Il a été construit sur une initiative individuelle, d’un monsieur passionné–à recommander donc …

  14. JANNY dit :

    Bonsoir Laurent,
    Bonjour à toutes et à tous.
    Sauf erreur de ma part, nous pouvons citer le Musée du Moyen Âge de Cluny.
    YJ

  15. LILI DERYCKE dit :

    Bonsoir Laurent,

    Le musée d’Art et D’Histoire à Bruxelles regorge de trésors . L’époque médiévale y est très bien représentée aussi.

  16. David-Marie dit :

    Bonjour Laurent,
    Pour compléter la liste des magnifiques musées à voir, étant Bourguignon (en territoire de Puisaye-Forterre), je ne peux que recommander l’incontournable Musée archéologique de Dijon (https://archeologie.dijon.fr).
    Il y a quelques années de cela, j’ai eu l’immense chance de pouvoir le visiter en privé en dehors des ouvertures au public. Ce jour-là j’ai pu exceptionnellement voir les réserves habituellement inaccessibles. C’est un pur régal !

  17. Doisy Sylvie dit :

    Bonjour à tous et toutes
    Petite contribution : le « Scriptorial » d’Avranches, dédié aux vieux manuscrits dont certains sont exposés dans une salle spéciale, peu de lumière et climatisée. Il y a également de petits films sur tout un tas de choses concernant les manuscrits, reliure, restauration, passionnant.
    Voilà !
    Sylvie de Bretagne

  18. Mullender Didier dit :

    à Vellereille-le-Sec, (hainaut-Belgique) le village sera en « fête ». En effet, avec la réouverture de l’église après avoir entièrement été remise en peinture, par une entreprise locale d’Estinnes-au-Mont.

    Le résultat est à la hauteur des attentes et l’église Saint-Amand de Vellereille-le-Sec a retrouvé une nouvelle jeunesse comme vous pouvez le voir sur les photos (avant et après les travaux).

    L’église Saint-Amand est un petit bijoux patrimonial et contient encore tout (fait rare) son mobilier d’Ancien Régime (c’est-à-dire d’avant la Révolution française), et notamment 2 tableaux en cuirs selon la technique des cuirs de Cordoue, mais aussi une rare chaire de vérité portative de style renaissance, datant du début du 17e siècle. Elle contient aussi la pierre tombale d’un ancien curé, l’abbé Jehan JOUBART, décédé en….. 1461.

  19. Jacques Gasnier dit :

    Et bien sûr les musées de Slovaquie, souvent déserts en province, mais pleins de richesse..

  20. Marie-Gabrielle Leblanc dit :

    Facile, j’aurais dû y penser quand j’ai parlé de la Hongrie.
    Levoca possède le musée consacré à Maître Paul, le plus grand sculpteur gothique sur bois de Slovaquie, vers 1500.
    Ce ne sont pas des musées, mais les églises des petites villes slovaques abritent des retables gothiques en bois sculpté extraordinaires, qui n’ont jamais bougé depuis le XVe siècle : Banska Bystrica (1 retable), Spisska Sobota (5 retables), Levoca (14 retables gothiques dans l’église !!), Spissky Stvrtok (1 retable), Zehra (plusieurs retables), Spisska Kapitula (plusieurs retables), Bardejov (11 retables gothiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.