Viollet-le-Duc, le sauveur controversé des monuments français

Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) est probablement le plus célèbre architecte du XIXe siècle. Un architecte original puisqu’il a plus rebâti que bâti. Dès son époque, sa méthode de restauration suscite des remous. À l’exemple de la cathédrale de Paris, elle en suscite encore.  

Église de Vézelay
Église de Vézelay. Ce dessin non daté est, d’après l’état dégradé de la façade, antérieur à l’intervention de Viollet-le-Duc, collection Destailleur, Bibliothèque nationale de France.

Au début de l’année 1840, la basilique de Vézelay, située en Bourgogne, est triste à voir : ses voûtes sont trouées, ses murs, mangés par la végétation, menacent de s’effondrer. L’état de l’église est jugé « désespéré ». C’est alors que Prosper Mérimée, inspecteur général des monuments historiques, confie à Eugène Viollet-le-Duc, 26 ans seulement, la mission de restaurer l’édifice. Une décision a priori déconcertante.

Un débutant au profil rare

Selon nos critères modernes, le CV du jeune homme fait en effet pâle figure. Viollet-le-Duc n’est pas officiellement architecte ; il a refusé d’intégrer l’École des Beaux-Arts et n’a aucune expérience dans la restauration de monuments. Vézelay, c’est son premier chantier !

Prosper Mérimée agit-il par favoritisme ? Un peu, Viollet-le-Duc est un ami. Mais l’inspecteur le choisit surtout au regard de ses talents exceptionnels. Depuis 6 ans, les deux hommes parcourent la France des églises, des abbayes et des châteaux. Pendant que Mérimée juge si les édifices méritent d’être classés, Viollet-le-Duc les dessine et les étudie en scientifique. Résultat, en 1840, il est sûrement l’un des meilleurs connaisseurs de l’architecture médiévale en France.

Un profil rare car à cette époque, les élèves sortis de l’École des Beaux-Arts sont formatés dans l’amour et la connaissance du style classique, hérité de l’Antiquité ; le Moyen Âge gothique et roman, jugé barbare, n’a pas de place dans le cursus.

Mais, en mettant le pied à l’étrier à son ami, Prosper Mérimée n’a-t-il pas fait entrer le loup dans la bergerie ? Il laisse les manettes à un homme qui a une conception de la restauration opposée à la sienne.

La restauration selon Viollet-le-Duc             

Portrait de Viollet-le-Duc
Portrait de Viollet-le-Duc, par l’atelier Nadar, Bibliothèque nationale de France

Prosper Mérimée est favorable aux restaurations discrètes : celles qui se contentent de réparer sans essayer de restituer des parties disparues. Déjà, à Vézelay, Viollet-le-Duc prend quelques libertés qui déplaisent à son chef. Sur les chantiers suivants, le jeune architecte laisse éclater la singularité de sa doctrine sur la restauration des monuments historiques. Elle se résume en une célèbre citation :

« Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné ».

Dictionnaire raisonnée de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, tome 8, art. restauration

Cette phrase a fait couler beaucoup d’encre. Elle explique pourquoi son œuvre fut tant controversée.

Dans l’esprit de Viollet-le-Duc, une restauration réussie doit recréer l’état idéal d’un monument. Qu’importe s’il faut dans ce but démonter des parties parce qu’elles « jurent » avec cette image parfaite. Qu’importe s’il faut reconstituer des parties disparues qu’on connaît mal. Un palais médiéval a été modifié au XVIIe siècle ? Selon la doctrine de Viollet-le-Duc, supprimons les modifications du XVIIe siècle. Une façade de cathédrale a perdu une de ses tours ? Restituons-la, même si nous risquons de nous tromper sur son architecture exacte. Qu’importe, du moment que le monument retrouve son éclat et son unité de style.

Un tel programme effraie un architecte contemporain : « il y a de quoi faire frémir tous les admirateurs du Moyen Âge ». Or, il ne sait pas encore que Viollet-le-Duc irait plus loin.

« La restauration créative »

En 1843, l’État organise un concours pour la restauration de Notre-Dame de Paris, alors en mauvais état. Le projet de Jean-Baptiste Lassus associé à Eugène Viollet-le-Duc est choisi. Les deux hommes sont d’accord pour ne pas suivre à la lettre le prudent dossier qu’ils ont rédigé.

Ils ne se contentent pas de remplacer les mauvaises pierres, de consolider les contreforts ou les roses. Sur la façade, ils reconstituent des sculptures disparues, notamment la galerie des rois. Ça ne leur suffit pas. Surtout le second, Viollet-le-Duc, devenu unique maître du chantier après la mort de Lassus. À Notre-Dame, il reconstitue la flèche à la croisée des toits : elle est plus haute que l’ancienne et surtout sa base est ornée de statues, une disposition inédite dans l’architecture médiévale. L’audace de Viollet-le-Duc s’exprime aussi par la multiplication de chimères aux étages. Notamment la fameuse stryge. Or, la cathédrale du Moyen Âge était dépourvue de ce bestiaire monstrueux.

Chimères de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Chimères de la cathédrale Notre-Dame de Paris dont à gauche la contemplative stryge, sorte de vampire femelle. L’esprit rationnel de Viollet-le-Duc cohabite avec une sensibilité romantique. Aufsberg Lala, Deutsche Fotothek

Bref, l’inventif Viollet-le-Duc façonne la cathédrale de ses fantasmes. « De la restauration créative » comme le résume l’historien de l’art Arnaud Timbert. Bientôt, Napoléon III donne à Viollet-le-Duc l’occasion de bâtir le château de ses rêves : l’empereur lui confie la restauration de Pierrefonds, palais-forteresse ruiné du XIVe siècle. Ravi, Viollet-le-Duc en imagine les moindres détails architecturaux, la peinture décorative des murs et le mobilier. L’écrivain Anatole France se moque de l’« énorme joujou » entre les mains du restaurateur. Le résultat ressemble-t-il à un château du Moyen Âge ? À vrai dire, il s’intégrerait plus facilement dans la saga Harry Potter que dans un film sur Jeanne d’Arc !

château de Pierrefonds
Les ruines du château de Pierrefonds (Oise) avant restauration. Dessin tiré de “Description du château de Pierrefonds, par M. Viollet-Le-Duc”, 1865.
Château de Pierrefonds
Château de Pierrefonds après restauration par Viollet-le-Duc. La demeure est destinée à être une résidence pour Napoléon III. Bibliothèque nationale de France

Malgré les critiques, l’État, à travers la commission des monuments historiques, soutient globalement ce travail. En témoignent les nombreux autres chantiers qu’on lui confie, chacun assorti de crédits élevés : basiliques Saint-Sernin de Toulouse et de Saint-Denis, remparts de Carcassonne et d’Avignon, cathédrales d’Amiens, de Clermont-Ferrand… Viollet-le-Duc intervient sur des monuments fondamentaux du patrimoine français. Ses admirateurs estiment qu’il les a sauvés de l’effondrement ou les a embellis. Ses détracteurs lui reprochent d’avoir eu la main lourde : ses interventions modifient tellement les monuments qu’ils appartiennent autant au Moyen Âge qu’au XIXe siècle.

Remparts de Carcassonne
Remparts de Carcassonne en 1928. Les chantiers confiés à Viollet-le-Duc se trouvaient un peu partout en France. Les habitants ne voyaient pas toujours d’un bon œil un Parisien comme Viollet-le-Duc intervenir sur leur monument. Bildarchiv Foto Marburg.

Une fin de carrière en Suisse

Les dernières années de Viollet-le-Duc sont paradoxales. Ses idées remportent un succès en France et à l’étranger. Des architectes (Abadie, Boeswillwald) suivent ses pas à la fin du XIXe siècle. En revanche, il est boudé par les gouvernements de la toute jeune IIIe République. Bien que Viollet-le-Duc se soit rallié au nouveau régime, on se méfie tout de même. Un homme dont la carrière a été portée par la Monarchie de Juillet puis par le Second Empire peut-il vraiment être républicain ?

Marginalisé dans son pays, Viollet-le-Duc est par contre courtisé en Suisse. Le canton francophone de Vaud l’appelle pour poursuivre la restauration de la cathédrale gothique de Lausanne. Cet exil volontaire convient à cet amoureux de la montagne. À Lausanne, Viollet-le-Duc applique sa doctrine habituelle : redonner une homogénéité stylistique au monument. La localisation de ce dernier chantier explique que le célèbre restaurateur meurt dans son chalet lausannois à l’âge de 65 ans.

Cathédrale de Lausanne
Cathédrale de Lausanne, devant le lac Léman. Sur ce dernier chantier de sa vie, Viollet-le-Duc modifia la tour lanterne en la dotant d’une flèche plus imposante. Viollet-le-Duc et les flèches, une longue histoire d’amour. Photo : Gzzz/Wikimedia Commons

Les théories de Viollet-le-Duc se gondolent à Venise

Aujourd’hui, Viollet-le-Duc serait sûrement interdit d’exercer. En 1964, les architectes et les techniciens des monuments historiques se réunissent à Venise et y signent une charte, la charte de Venise. Ce document consacré à la déontologie de la restauration donne des coups d’épée à la théorie violet-leducienne (l’adjectif existe !) :

  • Article 9 : « la restauration s’arrête là où commence l’hypothèse ». Traduction : la restauration se limite aux parties bien connues d’un monument. Elle ne doit pas inventer les parties disparues. 
  • Article 11 : « Les apports valables de toutes les époques à l’édification d’un monument doivent être respectés, l’unité́ de style n’étant pas un but à atteindre au cours d’une restauration. ».

Ironiquement, ce sont ces deux articles qui devraient assurer la reconstruction à l’identique de la flèche coiffant Notre-Dame de Paris et consumée dans l’incendie de 2019. Car, d’une part, cette flèche est un apport valable du XIXe siècle ; d’autre part, elle est suffisamment connue par des plans et des photos pour que les restaurateurs puissent la reproduire fidèlement sans verser dans l’hypothèse. La charte de Venise, qui condamne les méthodes de Viollet-le-Duc, sauvera son œuvre.  

Flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris avant son incendie. Remarquez les trois statues d’apôtre à son soubassements.
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

14 Responses

  1. Yvette dit :

    Bonjour Laurent Ridel,
    Je signale que la basilique de Saint Sernin à Toulouse a éradiqué les transformations dues à Violet-Leduc
    pour un retour aux formes antérieures.
    La cathédrale d’Angoulême a été surchargée sur sa façade par une intervention exagérée de l’architecte Abadie…
    Cordialement.
    idel,

    • Laurent Ridel dit :

      En effet, la basilique Saint-Sernin de Toulouse a été “dé-restauré” dans les années 1980-1990. L’architecte Yves Boiret justifia ce retour par le mauvais état des parties refaites par Viollet-le-Duc. Quant à Paul Abadie, il avait la main encore plus lourde que son maître Viollet-le-Duc.

  2. guidoni michel dit :

    effectivement bien des interventions de Viollet le Duc apparaissent comme contestables. Cependant, quand on voyage en France, on prend conscience du nombre vraiment trés grand de monuments ayant bénéficié ( souffert) de ses travaux. Ce devait être un grand travailleur, passionné par ce qu’il faisait. Alors j’en viens à penser que son oeuvre peut finalement se prévaloir d’un bilan certainement positif pour le patrimoine de notre pays.

    • Laurent Ridel dit :

      Oui, Viollet-le-Duc devait être un gros travailleur. Il suffit de regarder la taille de son Dictionnaire d’architecture : 9 tomes, chacun de 500 pages environ.

  3. BONNOT Michel dit :

    Bonjour Laurent,
    Très bonne synthèse. Ajoutons aussi que Viollet-le-Duc devait avoir aussi un ego notable, pour s’être représenté lui-même par une statue de pierre au château de Pierrefonds, et une de bronze comme un treizième apôtre sur Notre-Dame ! Mais peut-on vraiment lui reprocher ses reconstructions, quand on ignore, faute de source descriptive, à quoi ressemblait tel monument avant sa reconstruction ? Pierrefonds ou Carcassonne font rêver. N’est-ce pas là l’essentiel ?
    Cordiales salutations.

    • Laurent Ridel dit :

      Indiscutablement, les monuments restaurés de Viollet-le-Duc font rêver, moi le premier. Une précision : A Notre-Dame, Viollet-le-Duc s’est fait représenter en l’apôtre Thomas, patron des architectes (et non en 13e apôtre). Enfin, la statue est en cuivre.

  4. Plinio Lins dit :

    Viollet-le-Duc n’était peut-être pas le restaurateur idéal, mais il était un contrepoint au vandalisme causé par la Révolution.
    Pour une destruction anormale, il est bon d’avoir une création anormale.
    La France avait besoin de cette réconciliation positive et créative avec son riche passé…
    La seule chose que je n’aime pas vraiment chez Viollet-le-Duc c’est l’excès de gargouilles à Notre-Dame, qui a contribué à lui donner un caractère sombre qu’elle n’avait pas au Moyen Âge.
    Par contre, c’est dommage qu’aujourd’hui, à Chartres, les restaurateurs n’ont pas respecté les règles de Venice. Plutôt que de simplement nettoyer l’intérieur, ils l’ont repeint, ce qui a aboli l’aspect de l’antiquité. Nous savons qu’elle a été peint au Moyen Âge, mais il n’est pas nécessaire de tout la peindre pour que nous comprenions cela.

    • Laurent Ridel dit :

      Merci pour votre intervention. J’y apporterai quelques nuances : le vandalisme ne fut pas causé uniquement par la Révolution. Avant et après cet épisode, il y eut des destructions, faute d’une législation protectrice. En 1788, Louis XVI signe un édit condamnant à la démolition les châteaux de la Muette et de Madrid dans le bois de Boulogne. L’abbatiale de Cluny est surtout malmenée après 1800. Sur la restauration intérieure de Chartres, la charte de Venise a été respectée car la peinture appliquée reproduisait, par ses couleurs et ses motifs, la peinture d’origine. Cette reproduction exacte doit beaucoup à l’étude scientifique des restes de peinture médiévale dans l’édifice même. Méthode que les contemporains de Viollet-le-Duc ne maîtrisaient pas, d’où des erreurs de restitution.

  5. Parmi les apôtres au pied de la flèche, Viollet le Duc est représenté en Thomas

  6. Mi. Ka dit :

    Bonjour Laurent, et merci pour cet article qui, comme les autres, apporte un éclairage objectif (à 99,99%) et documenté sur le personnage et la personnalité de Viollet-le-Duc.
    J’ai une question: savez-vous ce que représentent les petits dessins étranges qui accompagnent pratiquement toutes les illustrations du Dictionnaire? Ce n’est pas la coccinelle de Goetlib mais bon, ils interpellent un peu…

    • Laurent Ridel dit :

      Quel œil ! En effet, toutes les gravures sont accompagnées d’un symbole dont la forme rappelle les marques de tailleurs de pierre. Est-ce la signature de Viollet-le-Duc (VLD accolés) ou du graveur ?

  7. Reitmayer Denis dit :

    Très intéressant, n’ayant jamais vu de croquis du Château de Pierrefonds,ni de le visiter avant rénovation par Viollet-le-Duc, je ne connais que ce que l’on voit aujourd’hui. Lors de ma première visite j’ai eu un sentiment de me retrouver devant un château construit au XIXème siècle et non un Château médiéval du XIII ou XIVème siècle.
    Pour la Cité de Carcassonne que j’ai eu plaisir a animer plusieurs années de suite lors de reconstitution avec ma compagnie, je trouve que les toitures en ardoise jurent dans cette région où l’on utilise surtout la tuile, alors que à quelques kilomètres en allant vers le nord du Tarn et l’Aveyron elles auraient été conformes à l’architecture régionale. Mais le fait d’avoir ces monuments dans un état excellent lui est redevable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.