Les logos du Moyen Âge : initiation à l’héraldique

L’héraldique est la science et l’art des armoiries. Elles sont partout : dans les châteaux et dans les églises, jusque sur les flyers des communes ou des régions. Comme les hiéroglyphes, elles exercent la même séduction visuelle mais laissent le visiteur souvent démuni sur leur sens. Et si on décodait tout cela ?

Armorial Le Breton
Les armoiries sont regroupées dans des catalogues appelés Armoriaux. Ici, l’Armorial Le Breton, composé à la fin du XIIIe siècle, et consacré aux armes des familles nobles de France (Paris, Archives Nationales, AE I 25, no. 6 (MM 684)

Apparues au XIIe siècle, les armoiries sont des signes graphiques aux couleurs vives et souvent contrastées. Sous un certain angle, leur forme évoque nos logos à cette différence qu’elles n’incluent ni texte (sauf dans leurs ornements extérieurs) ni dégradés colorés. Au lieu d’identifier une entreprise, toutes armoiries renvoient à un individu, une famille ou une collectivité.

Si vous en voyez gravées au-dessus de l’entrée d’un château, vous pouvez deviner l’ancien propriétaire des lieux à condition de la déchiffrer. De même dans les églises : des armoiries peintes sur un vitrail ou sculptées sur une clé de voûte orientent sur le nom du généreux mécène.

Culot de l'église de Baons-le-Comte
Décorant un culot de statue, cet ange porte des armoiries “d’azur à une lyre/harpe”. Un rappel visuel du patron de l’église où se trouve ce culot : l’abbaye de Lyre en Normandie. Église de Baons-le-Comte (Seine-Maritime)

Il est donc utile d’avoir quelques notions d’héraldique, la science qui étudie les armoiries. Quelles sont leurs règles de composition ? Comment traduire leur langage qui fleure bon le Moyen Âge ?  

Armoiries pour tous !

Clarifions d’abord le vocabulaire. À tort, on préfère employer le mot « blason » à « armoiries ». L’héraldiste, le spécialiste des armoiries, en sera froissé. Il vous reprendra en vous expliquant que le blason avait un autre sens au Moyen Âge (la réponse se trouve quelques paragraphes plus bas, histoire de ménager un peu de suspense). Vous pourriez même fâcher notre éminent expert si vous cumulez les deux erreurs suivantes.

Plaque métallique sur le tombeau de Geoffroy Plantagenêt, comte d’Anjou. Son bouclier porte des armoiries semées de lionceaux, Réalisée vers 1150-1160, l’effigie offre donc l’une des premières représentations armoriées de l’histoire (musée Carré Plantagenêt, Le Mans)

La première est de croire que les armoiries étaient un privilège de la noblesse. Si leurs premiers détenteurs étaient bien des rois et des princes, elles se sont diffusées dans le reste de la société au cours du Moyen Âge. Si bien que des ecclésiastiques, des femmes et même des paysans pouvaient blasonner. Le droit ne leur interdisait pas.

Au XVe siècle, la multiplication des armoiries a tourné à la folie. Des collectivités comme les villes ou les corps de métiers ont voulu à leur tour posséder les leurs. Certains héraldistes se sont même amusés à imaginer les armoiries de héros littéraires (les chevaliers de la Table ronde). Jésus, qui n’avait jamais vu d’armoiries de sa vie, en a reçu d’office au Moyen Âge ! Reconnaissez son écu chargé d’un agneau ou des instruments de la Passion. Bilan : dans la France de 1790, deux tiers des armoiries n’appartenaient pas à des nobles.

Révision sur l’origine des armoiries

Combat de chevaliers.
Combat de chevaliers. Le combattant droit a son écu armorié. Ses armes sont reproduites sur le caparaçon (ou housse) du cheval (miniature de L’Âtre périlleux et Yvain, le chevalier au lion. Manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, Fr. 1383, première moitié du XIVe siècle)

Il y a encore une dizaine d’années, d’éminents héraldistes vous expliquaient que les armoiries étaient nées sur le champ de bataille et les lices de tournoi. Les combattants étaient devenus méconnaissables à cause du casque et de la capuche de mailles métalliques qui protégeaient leur tête. Pour les identifier au cœur de la mêlée, leur bouclier fut peint de figures géométriques, animales ou florales : les armoiries faisaient leur entrée dans l’histoire. Deuxième erreur.

Interviewé dans un podcast, l’historien Laurent Hablot qualifie cette explication de « romantique ». Non, les armoiries ne pouvaient pas être des moyens de reconnaissance efficaces. Il aurait fallu que les combattants connaissent les armes héraldiques de tous leurs adversaires. Dans la bataille, ils ne pouvaient pas donner un coup d’épée d’une main tout en consultant de l’autre leur annuaire de l’héraldique pour savoir sur qui ils tapaient. Et de toute façon, qu’auraient-ils identifié ? Les écus, portés de biais, maculés de boue et abîmés par les chocs, n’étaient sûrement pas très lisibles.

Les armoiries sont plutôt un moyen de se distinguer et de proclamer une identité. Un peu comme les noms de famille qui se développent à la même époque. Le combattant affirme sa place dans la société, son appartenance à un lignage (s’il reprend les armoiries familiales) ou son dévouement comme vassal (s’il adopte les armes de son seigneur).

Ces considérations étant faites, commençons l’apprentissage.

Notions de base en héraldique

Maîtriser l’héraldique revient à apprendre une nouvelle langue. La description d’armoiries nécessite en effet la connaissance d’un vocabulaire spécifique qui, vestiges du vieux français, n’est souvent plus employé de nos jours. Concrètement, si vous envisagez de devenir un bon héraldiste amateur, il vous faudra apprendre environ 900 termes comme vair, dextrochère ou lampassé. Cette langue technique a un nom : le blason (c’est donc ça le vrai sens de ce mot).

N’attendez donc pas un miracle au terme de cet article. Il vous restera encore beaucoup à apprendre avant d’être capable de lire des armoiries. Pour le moment, essayez de comprendre la logique du langage héraldique.

Les armoiries prennent souvent place dans une sorte de bouclier, un écu. Le fond (le “champ”) est fréquemment coloré. La palette se réduit principalement à 7 couleurs, chacune désignée par du jargon.

Couleurs principales des armoiries
Couleurs principales des armoiries

Pour être tout à fait exact, on ne parle pas de couleurs en héraldique, mais de métaux (or et argent) et d’émaux (les 5 restantes).

Sur ce fond coloré, on ajoute traditionnellement un ou plusieurs types de figures :

  • Des partitions (c’est-à-dire de grandes divisions des armoiries)
  • Des figures géométriques (cercle, losange, croix, bande diagonale, chevron…)
  • Des figures animées : végétales, animales, humaines ou fantastiques
  • Des objets (une arme…) ou une architecture (une tour…)

Ces figures peuvent occuper une bonne partie de la surface des armoiries ou se loger dans un secteur. D’où le recours à un champ lexical permettant de préciser la localisation : les points de l’écu. Par exemple, on ne dit pas qu’une croix se situe dans le coin en haut à droite, mais « au canton senestre du chef ». Traduction qui vous laisse probablement pantois(e). Je le répète : l’héraldique, c’est une nouvelle langue.

Une langue avec quelques faux-amis : par exemple, la droite (« dextre ») et la gauche (« senestre ») sont inversées dans l’héraldique, car les directions sont vues non pas du spectateur (vous), mais du porteur des armoiries. Ceux/celles qui confondent la gauche et la droite partent donc avec un avantage 😊

Pour vous entraîner, je vous commente 5 armoiries, de la plus simple à la plus longue en description (3 lignes !).

Lire des armoiries : un exemple simple

Armoiries des dauphins du Viennois
Wikimedia commons

Installés au pied des Alpes, les comtes d’Albon étaient seigneurs du Dauphiné. Raison pour laquelle ils finirent par porter le titre de dauphin et à peindre sur leurs armoiries un dauphin. On parle ici d’armoiries parlantes : leur dessin fait allusion au nom de la famille qui les porte.

Elles se décrivent ainsi : « d’or au dauphin d’azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ». Le début ne pose pas de difficulté. On commence toujours par définir le fond (le champ) : ici il est d’or (donc jaune). Ensuite, on décrit la bête : c’est un « dauphin d’azur », donc bleu. Mais il a des traits particuliers, tous de gueules (rouge) : « crêté, barbé, loré, peautré » désignent ses différentes nageoires selon leur position sur le corps. « Oreillé » désigne les branchies. Vous voilà armé(e) pour discuter avec un pêcheur de sa belle prise : « Oh, que votre poisson est bien peautré ! » (traduction : il a une belle queue !)

Mis à part les caractéristiques physiques du dauphin, les armes des seigneurs du Dauphiné forment un cas simple. Les blasons se compliquent au fil des siècles en conséquence de la multiplication des propriétaires : chacun doit trouver — en théorie — des armes uniques pour éviter la confusion avec une autre famille.

Des armoiries pacifiques ?

armoiries des premiers ducs de Lorraine
Wikimedia commons

Ce sont les armoiries des premiers ducs de Lorraine : « d’or, à la bande de gueules, chargée de trois alérions d’argent ». Explications. D’abord le fond (le champ), qui est d’or (donc jaune). Puis on passe aux grandes formes ou divisions géométriques. Ici, il s’agit d’une bande diagonale descendante, comme l’écharpe d’un maire ou d’une miss France. À l’inverse, si la bande montait, nous aurions dû l’appeler « barre ». Quelle subtilité !

La couleur de ladite bande est « de gueules », donc rouge. Elle porte 3 figures animales : des alérions. On croirait des aigles : tout à fait sauf que bizarrement ils ne portent ni bec ni griffes. Les ducs de Lorraine cherchaient-ils ainsi à affirmer leur non-agressivité à l’égard de leurs voisins ? Car le choix des motifs est éminemment symbolique.

Notez que la description des armoiries ne précise pas l’emplacement des alérions. On peut s’en dispenser à partir du moment où leur emplacement est naturel. Il n’y a pas 36 façons de répartir 3 alérions sur une bande.

Des armoiries au lion

les armoiries de la famille normande d’Estouteville
Wikimedia Commons

Voici les armoiries de la famille normande d’Estouteville : « Burelé d’argent et de gueules au lion de sable, armé, lampassé et couronné d’or ». Le fond est particulier : il est hachuré horizontalement en dix parties. On dit alors « burelé ». Selon le nombre de hachures, l’adjectif change ! Je vous épargne le nom des variantes.

Ensuite, la description s’attarde sur la description du lion, car l’animal peut être représenté de dizaines de façons. Autant être précis. Dans notre cas, il est d’abord de sable (noir). Mais les détails en or (jaune) ne sont pas oubliés : l’animal est armé (c’est-à-dire qu’il montre ses griffes), lampassé (il tire la langue, le vilain) et couronné (là, vous comprenez).

Après le dauphin et l’aigle, voici encore un animal. Le lion figure souvent sur les armoiries royales ou chevaleresques en raison de son statut de roi des animaux et de sa réputation de puissance et de courage. Les créateurs de blason l’ont manipulé dans tous les sens : il peut regarder à droite, ou vous fixer (dans ce dernier cas, on le nomme léopard). Au lieu de se lever sur ses pattes postérieures, il peut marcher. Il peut aussi être assis, accroupi, lever la patte. Il n’y a que l’héraldique pour dresser un lion comme un chien.

Des armoiries aux figures géométriques

Armoiries de la famille Cahouët
Wikimedia Commons

Avec cet exemple de la famille bretonne de Cahouët, ça se complique : « D’azur au sautoir dentelé d’or, accompagné de quatre besants de même, au chef d’or, chargé d’un chevron de gueules renversé ». Mettons de l’ordre dans cette description : l’écu se divise en deux parties. On commence toujours par décrire la partie la plus importante. Celle-ci est d’azur (bleu) au sautoir (croix en « x ») dentelé d’or. Entre les bras, on a intercalé des besants (des sortes de pièces de monnaie). L’expression « de même » évite de rappeler la couleur précédente (« d’or »).

Pour la deuxième partie, la description doit préciser sa localisation, le « chef », autrement dit la zone supérieure. À l’intérieur, le chevron est dit renversé, car un chevron normal, comme ceux du logo Citroën, pointe vers le haut.

Vous commencez sûrement à vous en rendre compte : trois couleurs — or, azur et gueules — ont beaucoup de succès dans les armoiries. Grâce à une enquête statistique, l’historien de l’héraldique Michel Pastoureau a mis en avant des modes : au fil des siècles, l’azur supplante par exemple le gueules.

Des armoiries composées

Armoiries d'Antoine de Bourbon
Wikimedia Commons

Mais pourquoi Antoine de Bourbon, le père d’Henri IV, a-t-il choisi des armoiries aussi compliquées ? Ce n’est pas pour vous embrouiller. On appelle cela des armoiries composées : elles sont formées de plusieurs armoiries. Comme beaucoup d’autres princes à son époque, Antoine de Bourbon a voulu fièrement réunir sur son écu ses différents titres. Or, son mariage et ses héritages l’ont particulièrement bien doté. Il était roi de Navarre (d’où les chaînes), vicomte du Béarn (d’où les vaches) et duc de Bourbon-Vendôme (d’où les fleurs de lys, les Bourbons étant une branche cadette des rois capétiens).

Les armoiries de Navarre, du Béarn et de Bourbon-Vendôme (Wikimedia Commons)

Du fait de ses quatre parties, la description est forcément plus longue : « écartelé, en 1 et 4 de gueules aux chaînes d’or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d’une émeraude au nature, en 2 d’azur aux trois fleurs de lys d’or à la bande de gueules, en 3 d’or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d’azur, passant l’une sur l’autre ». Vous pouvez souffler !

Le mot le plus important est le premier, « écartelé », c’est-à-dire partitionné en 4. Pour indiquer ensuite laquelle des parties est décrite, on utilise des numéros reprenant le sens de lecture : la partie 1 est obligatoirement en haut à gauche. Justement en 1, la chaîne d’or est posée en orle, en croix et en sautoir, c’est-à-dire respectivement, en faisant le tour, en croix grecque et en croix en x. En 2, rappelez-vous la bande de gueule : c’est une bande descendante rouge alors qu’une barre est ascendante. En 3, la vache (qui rit) est aussi bien décrite que le lion précédemment : elle est accornée, colletée (elle a un collier) et clarinée (elle porte une cloche). Le tout est bleu. Preuve que les peintres héraldiques ne reculent devant aucune fantaisie.

Le but de ces descriptions normalisées est qu’à leur énoncé, deux artistes composent les mêmes armoiries, tant au niveau des couleurs, des formes et de la disposition.

Ne soyez pas découragé(e) devant la précision de la description et la technicité du vocabulaire. Oui, la langue du blason est absconse, mais heureusement, de très bons livres sont là pour vous expliquer visuellement les règles de composition et les termes obscurs.

Apprendre à lire et à identifier des armoiries

Une pépite se trouve sur le site de la Société française d’héraldique et de sigillographie : la version en ligne de Les armoiries. Lecture et identification, par Emmanuel de Boos. Il vous suffit de cliquer pour le lire entièrement et gratuitement. Ce fascicule numérique vous donne les notions générales d’héraldique et des conseils pour identifier des armoiries. Vous ne pourrez pas vous passer du glossaire illustré.

Coupé, fasce, champagne : le langage des armoiries
Extrait du glossaire illustré d’Emmanuel de Boos

Si vous préférez le papier, je vous signale les livres suivants :

  • Claude Wenzler, Le guide de l’héraldique. Histoire, analyse et lecture des blasons, Ouest-France, 2002
  • Michel Froger, L’héraldique. Histoire, blasonnement et règles, Ouest-France, 2012.
  • Patrice de la Perrière et Stéphane Rossini, Le blason : langage de l’héraldique, Dervy, 2018.
  • Michel Pastoureau, L’art héraldique au Moyen Âge, 2009 (beau livre plutôt que manuel de l’héraldique)

J’espère que vous regarderez désormais plus attentivement les armoiries. Commencez par étudier celles de votre commune ou de votre région.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

23 Responses

  1. Christine LeMaur dit :

    Merci beaucoup pour ce rappel et compléments d’informations ! Belle année à vous ! Continuez à nous informer nous adorons çà !

  2. Thierry BEUREY dit :

    Je me permets une remarque concernant votre intéressant article : je n’adhère pas à la thèse de Laurent Hablot, qui vise, comme assez souvent en histoire depuis quelques décennies, à déconstruire coûte que coûte ce que d’autres ont construit avant lui… Certes, tous les combattants d’un même camp ne portaient pas les armes de leur chef, bien entendu ; mais l’urgence était bel et bien, dans les batailles, de pouvoir reconnaitre celui-ci : j’en veux pour preuve, par exemple, la tapisserie de la reine Mathilde où Guillaume le Conquérant (c’était avant la création de l’héraldique) doit, au cours de la mêlée, lever son casque pour montrer aux siens où il se trouve et ce qu’il fait. Au reste, il est bon de rappeler que les plus anciennes armoiries étaient souvent de simples mises en évidence des divisions du bouclier et n’étaient, il est bon de le rappeler, porteuses d’aucun symbolisme, contrairement à ce qu’on a pu prétendre dès la Renaissance, au moment du foisonnement des blasons que vous évoquez.

  3. Christian dit :

    Merci Laurent pour cette initiation à l’héraldique.
    Juste une petite interrogation sur les orientations du regard des animaux, dauphins et autres lions.
    Elle n’est pas indiquée dans les descriptions ?
    Est ce à dire qu’ils regardent toujours vers dextre ?
    Merci .
    Bonne année et au plaisir de lire tes nouveaux articles.

    • Laurent Ridel dit :

      Oui, par défaut les animaux regardent à dextre (gauche). Dans le cas contraire, le blason doit le préciser. On dit alors que la figure est contournée.

  4. sandra ramnoux dit :

    Permettez moi tout d’abord, de vous souhaiter une merveilleuse nouvelle année.
    J’ai toujours trouvé l’héraldique et son vocabulaire très poétique, mais j’avoue que les termes employés sont un peu déconcertant.
    Vous avez re-suscité chez moi cet intérêt.
    Je pense aussi, comme M. BEUREY, que l’héraldique fut à sa naissance juste une forme de “signature”, quelque chose de simple, sans aucun sens caché.
    Merci pour ce article riche en vocabulaire de vieux françois!
    Cordialement, Vincent

    • Laurent Ridel dit :

      Merci ! Je crois à la nature symbolique des armoiries. Choisir un lion est signifiant. Choisir une couleur aussi, même si le symbolisme peut être basique (rappeler la couleur de son château ou de ses vêtements par exemple).

  5. Fabienne dit :

    bonne année à tous !
    Merci Laurent pour ces superbes articles qui de dimanche en dimanche me passionnent à chaque fois …
    concernant cette symbolique, qui en aurait posé les bases ?
    chacun voit il dans une image la même signification ?
    chacun pouvait il apposer sur son armoirie l’image qu’il voulait ?
    je suppose que le lion par exemple est plus “prestigieux ” qu’un canard …. quoique je ne sais pas s’il y a des canards sur une armoirie ? (je suis dans le sud ouest , donc les canards …! )
    bien cordialement
    Fabienne

    • Laurent Ridel dit :

      Vous posez des questions importantes : au Moyen Âge, le symbolisme peut reposer sur de multiples sources : chrétienne, païenne, littéraire (je pense aux bestiaires), personnelle… A cause de la diversité de ces sources, les symboles pouvaient être interprétés différemment. Un exemple avec les armoiries d’Angleterre : des lions. Si dans un premier temps, ces animaux étaient vu positivement par la noblesse (ce sont les rois des animaux), on leur a ensuite reproché d’être démoniaques. A l’inverse des armoiries du roi de France dont les fleurs de lys donnaient une image d’humilité et renvoyaient à la Vierge Marie. En d’autres termes, il ressortait des armoiries capétiennes un symbolisme plus chrétien. Les gens et institutions étaient libres de choisir leurs armoiries et leurs figures à condition que le résultat soit unique. Vous pouviez mettre votre outil de travail (des ciseaux, une hache…), un rat ou un canard.

    • alain bourdin dit :

      Il suffit de regarder les Blasons des ducs de Bar dans l’est de la France: Bar le Duc.
      Ce sont 2 poissons : des bars.

  6. En fait de fleur de lys , je crois avoir lu quelque part qu’il s’agissait au départ d’une fleur d’iris sauvage que le roi Louis VII aurait choisie après en avoir vu dans un marais ? Légende ?mais on ne peut pas vraiment dire que la symbolique de la “fleur de lys” ressemble vraiment à un lys !!

    • Laurent Ridel dit :

      C’est en effet une thèse qu’on trouve sur Internet mais je n’ai pas trouvé un historien qui le confirme. C’est évoqué très légèrement dans cet article sur la création des armoiries capétiennes.

  7. Paul dit :

    C’est toujours avec intérêt que je découvre le nouveau blog du dimanche matin et j’en remercie Laurent..
    Intéressé, curieux mais critique et les “Logos du Moyen Âge” n’y ont pas échappé.
    D’entrée en matière je trouve que l’association des hiéroglyphes, des logos et les armoiries dans l’introduction est pour le moins inadéquate, vu leurs raisons d’etre différentes, mais bon, soit.
    Par contre dans “l’origine…” , il est trop simpliste de rejeter certaines idées comme fausses, tout au plus pourrait-on les mettre en question avec des arguments solides, et surtout tenter de proposer une autre hypothèse pour les origines contestées.
    Il est pourtant bien établi que l’origine de ce qui deviendront des armoiries se trouve in dissociablement liée aux hommes en armes. À l’origine de simples couleurs sur les équipements, tels les boucliers. L’essor et le développement qui en suit en facilement imaginable et bien relaté dans le blog. A lire chez M. Pasroureau, cité ici et d’autres auteurs.
    Mais de la aller dire que Jésus aurait eu ses armoiries est pour le moins un anachronisme farfelu, tout comme si la présentation d’un lion avec un écu au lion signifiait qu’il en était le titulaire ou propriétaire, au même titre que le comte de Flandre par exemple.
    Et l’argument du combattant qui tient dans l’autre main un annuaire? C’est faire fi des réalités d’une époque, à laquelle la grande majorité était illettrée, avec par conséquent un sens visuel et oral très différemment développé et exercé, comparé à notre époque.
    “Héraldique une nouvelles langue”?, voire jargon? Non, c’est l’héritage d’un passé riche et d’un vocabulaire peut-être tombé en désuétude, mais qui mérite d’être traité avec respect, tout comme on le ferait pour les textes anciens de nos grands auteurs anciens.
    Cela aurait été plus utile d’écrire que le langage héraldique trouve son origine dans le maniement de base (pas encore l’escrime) des armes (épées à une seule ou deux mains, glaives, claymore, etc.) .
    Et pour les “couleurs” faire comprendre l’emploi sur des émaux: colorant sur de métal, donc toujours email sur métal et jamais email sur émail ou métal sur métal. Ceci est un exemple, qui est encore vrai de nos jours.

    Mais soyons de bon compte, il faut espérer que cette introduction un peu (trop?) badine, aura éveillé la curiosité et l’envie d’aller plus loin dans cet art héraldique, historique et aussi actuel, mais français et aussi européen si pas international.

    • Laurent Ridel dit :

      Ah, enfin Paul, vous osez afficher vos critiques publiquement. Décidément mes tentatives d’humour, mon ton badin (vous avez trouvé le mot exact !) et mes astuces de vulgarisation ne passent pas avec vous. Dommage.

      Sur les origines des armoiries, Laurent Hablot ne prétend pas proposer une explication alternative. Il s’en tient à mettre en doute l’hypothèse classique d’armoiries utilisées pour être reconnaissable sur le champ de bataille. Je le cite “Pourquoi attendre une centaine d’années après l’apparition de cet équipement pour inventer l’héraldique (haubert, capuche de maille, casque à nasal rendent déjà méconnaissable les combattants d’Hastings en 1066) ? Quelle peut être l’efficacité signalétique, en plein mêlée de chevaliers, de signes complexes, figurés en de multiples occurrences, parfois homonymes, sur des supports convexes, portés de biais, exposés aux coups, encombrants et fragiles comme les boucliers ? Et d’ailleurs quels sont les liens spécifiques entre le bouclier et les signes d’identité ? L’influence des enseignes vexillaires – les drapeaux – est bien plus assurée”. Manuel de héraldique emblématique médiévale.

      Sur les armoiries du Christ, je cite Michel Pastoureau : “C’est à la fin du XIVe et au début du XVe siècle que la création et la diffusion de ces armoiries imaginaires atteignent leur apogée. […] Les saints et les personnes divines sont alors dotés d’armoiries. Celles du Christ sont attestées par plusieurs documents : elles montrent un écu chargé tantôt d’un agneau pascal, tantôt d’un ou plusieurs instruments de la Passion”.

      Merci de lire aussi attentivement et régulièrement mes articles.

  8. André LAEREMANS dit :

    Bonjour Laurent,
    pour encore taquiner les lecteurs, tu pouvais ajouter que le lion debout est dit “rampant”, le blason de ma commune en possède aussi ( duché de Brabant Lion rampant de sable sur argent, armé et couronné.
    bonne journée

  9. Patgo dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce bel article de vulgarisation. L’art du partage est un art difficile.
    J’ai également vu l’expression « blasonner ». Qu’en est-il vraiment? Et aussi l’expression de « meubles » pour les objets ou figures.

    • Laurent Ridel dit :

      Merci pour votre soutien. Blasonner signifie “décrire une armoirie en langage héraldique”. C’est ce que j’ai fait dans cet article pour les 5 armoiries. Meuble est un mot aussi important. D’une certaine manière, vous le définissez : ce sont tous les objets et figures animales, végétales, architecturales et astrales sur une armoirie.

  10. Gerber dit :

    Bonjour,

    Un grand merci! Ma fille de 7 ans étudie a l’école les armoiries de notre village et des villages alentours notamment allemands ( nous sommes alsaciens) . Et nous venons de lire votre article , nous allons essayer d’en faire un jeu afin de décrire de façon la plus correcte possible les armoiries des familles alentours. Nous avons la chance d’avoir beaucoup de châteaux et cela promet des moments de plaisir! Merci encore

  11. Beatrice Dautricourt dit :

    Merci Laurent. C’est un bonheur de lire vos articles le dimanche matin et le voile qu’on peut avoir sur les yeux se soulève en se promenant de semaine en semaine… J’adore ce ton sympathique, “badin” et plein d’humour.Merci pour ces explications si intéressantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez visiter les églises ?

Téléchargez mon guide "Reconnaître les styles d'architecture". C'est gratuit.