Télévision : ce que je reproche aux émissions sur le patrimoine

Voilà le problème : les quelques émissions de télévision sur le patrimoine ne parlent plus de patrimoine. Pour preuve, regardons ce reportage sur l’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa.

En 2016-2017, l’animateur Stéphane Bern présentait chaque jour Visites privées sur France 2. Le but de cette émission était « de dévoile[r] les trésors et les coulisses du patrimoine et de ses institutions ». À l’image du magazine Des Racines et des ailes, cette quotidienne montrait les mêmes qualités et défauts : le téléspectateur voyait de belles images de lieux historiques, entendait des anecdotes, mais en fin de compte il en savait peu sur le monument en lui-même. Exemple parmi d’autres : ce reportage sur l’abbaye catalane de Saint-Michel-de-Cuxa.

Débriefing d’un reportage

Après visionnage de ce reportage, je reste sur ma faim.

Aucun mot sur l’architecture si caractéristique de l’église abbatiale : la construction interpelle pourtant par son dépouillement et la maladresse de sa maçonnerie. Regardez bien (vers les 2-3 min du reportage) : les pierres des piliers  semblent mal taillées, les murs ne se raccordent pas très bien. Par contre, le cloître, plus tardif, paraît mieux bâti (ou restauré). Les chapiteaux mériteraient une description au vu de la richesse de leurs sculptures : on aperçoit des lions, des figures humaines, des oiseaux…

Et ce clocher carré, vous ne le trouvez pas bizarre ? Il se termine par des créneaux comme sur un château fort. J’aurais aimé avoir des explications. À 3 min 47 s, l’animatrice passe rapidement devant une statue sans la présenter. Les téléspectateurs ont-ils reconnu saint Michel, l’archange chevalier et patron de l’abbaye ? Bref, j’ai l’impression d’une visite guidée lacunaire.

Une mauvaise émission de télévision ?

Malgré ces questions non résolues, le reportage n’est pas vide. Une guide raconte quelques épisodes historiques (la retraite du doge de Venise par exemple). On découvre enfin comment revit ce monastère. Deux moines y résident encore ; un festival de musique s’y tient. Intéressant, mais je ne sais toujours pas ce qui fait la beauté ou l’originalité de ce lieu.

Je ne veux pas m’acharner contre ce type d’émission. Somme toute, à la visionner, j’ai passé un bon moment sans m’ennuyer un seul instant. N’est-ce pas l’essentiel ? Dans ma tête, je conserve de superbes images. A quand ma prochaine visite dans ce lieu magnifique. ?

cathédrale Saint-Front-de-Périgueux

Les images de télévision deviennent époustouflantes grâce à l’utilisation de drones. Ici, la cathédrale de Périgueux et ses quatre gros dômes (Des racines et des Ailes, France 3).

Même culturelles, les émissions TV obéissent à une règle : ne pas prendre la tête du téléspectateur. Au contraire, le détendre, le faire rêver. La visée éducative est très accessoire. Des explications un peu compliquées sur l’architecture risqueraient de le faire fuir. Homme familier de la télévision, Stéphane Bern ne tombera pas dans ce travers. De toute façon, je reconnais que par leur format minuté, ces émissions ne peuvent pas en dire autant qu’un livre. Pas le temps. Vite, on passe au sujet suivant ou… à l’écran publicitaire.

Un autre angle pour parler patrimoine

Ce blog se veut à contre-courant de la narration télévisuelle. Sur ce site, on va prendre le temps de regarder les églises et les châteaux. Article par article, je vais essayer de vous faire comprendre les monuments du Moyen Âge. Pourquoi sont-ils bâtis ainsi ? Quel message leurs commanditaires ont-ils voulu transmettre ?
Par conséquent, la lecture de ce site est plus exigeante que se laisser guider par les caméras de France 2. J’ai bien conscience que ma démarche n’est pas très populaire. Mais je suis attaché à cet objectif que vous sortiez de ces pages avec un regard plus aiguisé sur le patrimoine médiéval.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *