Châteaux forts insolites en France

moi

Laurent Ridel

Mots-clés :

Chaussez vos bottes de sept lieues. Je vous emmène à la découverte d’une dizaine de châteaux peu connus. Leur architecture bizarre, leur audacieux site d’implantation ou leur histoire orageuse les rendent uniques.

Au programme, vous rencontrerez des forteresses semi-troglodytes, intégrées dans la roche, des ruines nichées au cœur d’une nature luxuriante, en passant par des points fortifiés suspendus à flanc de falaise. Peut-être ajouterez-vous quelques destinations à votre liste de visites futures.

Le château de Fleckenstein (Bas-Rhin)

Château de Fleckenstein, vu du Hohenburg
Dokape/Wikimedia Commons

À la limite de la frontière allemande, ce château édifié au XIIe siècle par les empereurs Hohenstaufen domine la forêt vosgienne. Sa particularité est d’être semi-troglodyte : il est aménagé en partie dans une barre rocheuse. Une garantie de solidité inébranlable.

Château du Fleckenstein (Bas-Rhin). Accès au petit rocher.
A Fleckenstein, tenez-vous aux barres ! Quoique, elles ne sont pas très rassurantes (Ji-Elle/Wikimedia Commons).

Le château de Lastours (Aude)

Château de Lastours
Sébastien Loubet/Flickr.com

Dans ce département, les touristes se précipitent à Carcassonne pour voir la puissante cité fortifiée. Mais poussez 18 km plein nord et vous tomberez sur ces 4 châteaux qui n’en forment en réalité qu’un. Au milieu du XIIIe siècle, saint Louis fait construire cet ensemble fortifié sur ce site qui fut un haut lieu du catharisme, et un foyer de rébellion à son autorité. Par là même, le roi contrôle une voie de communication importante et les mines de fer à proximité.

Les tours de Merle (Corrèze)

Les tours de Merle
StefanLD/Wikimedia Commons

Il est surprenant de découvrir ces ruines fortifiées au milieu de la nature. Ce site du Limousin est densément fortifié, moins à cause de son importance stratégique que son mode de gestion. Plusieurs seigneurs codirigeaient le territoire, chacun disposant de son logis ou de sa tour.

Les châteaux de l’Ortembourg et de Ramstein (Bas-Rhin)

Le château de l'Ortenbourg au premier plan et celui de Ramstein en contrebas.
Le château de l’Ortenbourg au premier plan et celui de Ramstein en contrebas (Remi Simonnin/Wikimedia Commons)

Ces deux châteaux alsaciens voisinent à un jet d’arbalète, mais, à la différence de Lastours ou de Merle, se menaçaient l’un l’autre. Pendant longtemps, les historiens pensaient Ramstein comme un contre-château : dans sa volonté de prendre le château de l’Ortembourg, Otto IV d’Ochsenstein auraient construit en 1293 un château en contrebas, Ramstein. Aujourd’hui ces circonstances sont moins assurées, mais il n’empêche que les deux châteaux étaient bien hostiles. Étant donné leur proximité, j’imagine les garnisons s’échanger oralement quelques amabilités.

Les châteaux de Bruniquel (Tarn-et-Garonne)

Les châteaux de Bruniquel
Thérèse Gaigé/Wikimedia commons

Là encore deux châteaux se font face, non plus à un jet d’arbalète, mais à un jet de postillons : le « château vieux » du XIIIe siècle et le « château neuf » de la fin du XVe siècle. Deux cousins ennemis se partageaient la vicomté de Bruniquel et donc les châteaux. Rivalité qu’exacerbèrent les guerres de religion, l’un des vicomtes étant protestant, l’autre catholique. Mais en 1780, le maître du château vieux rachète le château neuf, éteignant définitivement les tensions. Le lieu est aujourd’hui connu pour avoir servi de décor au Le Vieux Fusil , film de Robert Enrico, avec Philippe Noiret et Romy Schneider.

Le château de Brézé (Maine-et-Loire)

Château de Brézé
Manfred Heyde/Wikimedia Commons

Vous avez sûrement déjà fait quelques châteaux de la Loire. Allez, je vous en ajoute un sur la liste de vos futures visites. Nicolas Faucherre, castellologue, le surnomme « le château fort invisible ». Car sous le château Renaissance, se cache une forteresse souterraine du XIIe siècle creusée dans le tuffeau. Au total 4 km de galeries. Elles servaient à la défense et à accueillir la population en cas de siège. Plus tard, on aménagea d’autres pièces souterraines dont une salle des pressoirs et une boulangerie équipée de deux fours à pain. Au moins le boulanger travaillait au frais.

Château de Brézé (Maine-et-Loire, France) : galerie souterraine
Galerie souterraine du château de Brézé (Marc Ryckaert/Wikimedia Commons)

Le château de Fère-en-Tardenois (Aisne)

Le château fort de la Fère-en-Tardenois : motte, fossé, glacis et pont couvert.
Hugluc/Wikimedia Commons

À l’origine, ce château était une forteresse sur motte. La Renaissance le transforma : Anne de Montmorency, connétable de France (oui, c’est un homme malgré son prénom), recouvrit la motte d’une maçonnerie puis jeta un pont couvert pour y accéder. Une sorte de Chenonceaux, mais sans le Cher.

Le château de La Ferté-Milon (Aisne)

Façade du château de la Ferté-Milon
Chabe01/Wikimedia Commons

C’est un rêve inachevé. Louis d’Orléans, frère du roi Charles VI, fait raser l’ancien château pour construire une demeure de plaisance. Son assassinat en 1407 arrête soudainement le projet. Les bâtisseurs n’ont eu le temps que de construire la façade. Le visiteur a l’impression d’être face à un décor de théâtre. Un décor long de 102 m tout de même.

Le donjon de Septmonts (Aisne)

Donjon de Septmonts
Patrick Clenet/Wikimedia Commons

Vous allez croire cet article sponsorisé par le département de l’Aisne. Car voici encore un troisième château du même secteur que les deux précédents. Avec ses cylindres emboîtés, la forme de ce donjon — XIVe siècle — m’a toujours intrigué. Il appartenait à un château, résidence des évêques de Soissons. Comme quoi, même un homme d’Église pouvait s’inquiéter pour sa défense.

Les châteaux de falaise

La Roque de Brengues
La Roque de Brengues (P. Danilo Royet/Wikimedia Commons)

« Parents pauvres de l’architecture défensive médiévale », ces châteaux insolites passent inaperçus. Et pourtant on en compte par centaines en France selon l’archéologue Florence Guillot. De préférence dans les montagnes calcaires où se forment facilement des grottes, des vires (paliers) et des porches. Leur position perchée, à flanc de falaise, permettait de surveiller les environs et les rendait difficilement accessibles. La maîtrise de l’escalade est aujourd’hui nécessaire pour les approcher. Autrefois, on utilisait sûrement des échelles et des planchers suspendus de bois. Voici quelques exemples : la Roque d’Autoire (Lot), le château-grotte de Gars (Alpes-Maritimes) ou la Roque de Brengues (Lot).

Le château d’Hesdin (Pas-de-Calais)

À côté du château, les comtes d’Artois puis les ducs de Bourgogne développent un parc qui fut sans doute le premier « parc d’attractions conçu pour amuser et surprendre en même temps que pour plaire à ceux qui recherchaient l’agrément d’une nature domestiquée par l’homme » selon Danielle Queruel, professeure de littérature médiévale

On y venait pour chasser. Mais à l’intérieur de la forêt, se trouvait un zoo dont la composition variait selon les époques : au temps du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, les sources mentionnent un chameau et un buffle. Quelques décennies auparavant, on cite des animaux locaux : un castor, un ours, un loup et un chat sauvage.

Le visiteur pouvait aussi se perdre dans la « maison Dédalus », un labyrinthe dont les vignes composaient les allées.

Le plus étonnant était les automates de bois et métal que le personnel animait à l’aide de cordages et de rouages. Certains faisaient jaillir de l’eau.

Malheureusement, il ne reste rien de ça. Seuls les textes nous révèlent l’existence de « parc d’attractions » pour nobles.

Si vous connaissez d’autres châteaux insolites, signalez-les en commentaire.

Partager l'article

L’AUTEUR

Laurent Ridel

Ancien guide et historien, je vous aide à travers ce blog à décoder les églises, les châteaux forts et le Moyen Âge.

Ma recette : de la pédagogie, beaucoup d’illustrations et un brin d’humour.

Laurent Ridel

13 réponses à “Châteaux forts insolites en France”

  1. Avatar de BARBANCHON
    BARBANCHON

    Merci de cette documentation car je connais peu de châteaux contrairement à l’architecture religieuse. de belle découvertes. Belle semaine.
    Chantal Barbanchon Normandie.

  2. Avatar de BEDEAU
    BEDEAU

    Bonjour Laurent !
    Superbe votre article : on a envie de se précipiter pour visiter ces châteaux !
    Et puis cela nous change un peu des églises ( sans aucune critique sur vos articles concernant celles-ci
    qui sont tout aussi interessants )
    Bravo !

    1. Avatar de Bernard Durupt
      Bernard Durupt

      Tout à fait d’accord avec Bedeau ça nous change de supers articles sur les églises et ma première réaction a été de regarder les situations géographiques pour envisager les visiter.
      merci encore à Laurent

    2. Avatar de MARIE Robert
      MARIE Robert

      Bravo et merci Laurent pour cette présentation de châteaux. On a vraiment envie de les visiter. La grande galerie du château de Chenonceau ne traverse pas la Loire mais le Cher, mais c’est un détail.
      Merci pour les conseils aux guides, ils sont pertinents et efficaces. J’ai visité la cathédrale Saint Pierre cette année avec des amis et nous avons été enchantés par les commentaires de notre Guide Laurent Ridel.

      1. Avatar de Laurent Ridel
        Laurent Ridel

        C’est sympa 🙂

    3. Avatar de Pierre Antonello
      Pierre Antonello

      Laurent
      Dans les commentaires sur le chateau de Fère en Tardenois , il est dit « Chenonceau, sans la Loire… »or ce dernier est sur le ..Cher !
      Bien amicalement
      Pierre Antonello

      1. Avatar de Laurent Ridel
        Laurent Ridel

        Merci Pierre ! C’est corrigé.

  3. Avatar de Laurence BLONDAUX
    Laurence BLONDAUX

    Bonjour
    C’est un véritable défi de se limiter à dix !!! Nul doute que quantité d’autres noms viendront modifier ce choix. Autre que les noms de châteaux (pas tous connus de moi), c’est la citation de gens que je connais qui me confirme la grande valeur de ces info-lettres.
    Pour moi, le château de Najac est des plus impressionnants au bout de son piton rocheux après avoir traversé tout le bourg pour l’atteindre et avec ses archères de près de 7 m de long. Son histoire est particulièrement intéressantes avec des noms qui font encore rêver…
    Bon dimanche !
    Laurence (d’Antully, j’aime bien ! même si de Saône-et-Loire c’est juste)

  4. Avatar de David Gestalder
    David Gestalder

    Bonjour Laurent,
    Vos articles sont aussi forts que les châteaux. Toujours un immense plaisir de lire votre blog.
    Me concernant en 2022 et 2023, je suis allé à la découverte du conflit delphino-savoyard des XIIIe et XIVe siècles dans l’Ain et le Jura.
    Tout le long de la chaîne montagneuse jurassienne depuis le Bugey jusqu’à Oliferne, je suis allé à pied à l’assaut de chaque vestige médiéval de défense. Certains châteaux sont très difficiles d’accès au travers de la végétation, mais je les ai tous fait malgré tout. Voici mes escapades castrales sur ma page Facebook.

    Chaîne du Revermont :
    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=pfbid02o73o89bF4AZ5ou6SpyNtuv2GYmeLHdJTuyHXvbTjVwayFDxB7ShAn3Sn64QaHTzl&id=100014900857005

    Château de Chevreaux :
    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=pfbid035ERNCvydgybHyHRFsPHF6TkpCLKySrQm8TrQLocURMka4y7cfpYQjap9kb5d2iEel&id=100014900857005

    Château des Allymes :
    https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=pfbid025qhPkrJ6pyqSrEFhikAaASPwmjcDKDrNF1FF6TuZM2GLNK4fz6wRKwBSK8x6RQLFl&id=100014900857005

    Il y a bien sûr d’autres sites à voir sur ma page Facebook.

  5. Avatar de jeannine

    merci pour ces belles découvertes. Il y a un qui n’est pas loin de chez moi : les tours de Merle que je mets au programme de mes prochaines visites.

  6. Avatar de Christine QUINTLE
    Christine QUINTLE

    Je pense que vous auriez pu ajouter celui ci-dessous, mais on ne peut jamais être exhaustif et il faut faire des choix.
    Le château de Bonaguil (Lot-et-Garonne), une des plus belles forteresses médiévales, une architecture gigantesque et magnifique, qui illustre  » l’évolution des techniques de défense du Moyen-Âge à la Renaissance, jusqu’aux prémices des fortifications à la Vauban dans la perspective de l’artillerie à feu. » Qui plus est, dans un remarquable état de conservation. Et pour cause: il n’a jamais « servi », n’a soutenu aucun siège:
    – situé loin des grandes voies de communication
    – mais surtout, complètement anachronique : le baron Bérenger de Roquefeuil, en quarante ans de travaux (commencés en 1483), transforme le château d’origine en un chef d’oeuvre d’architecture militaire. Or la guerre de Cent ans est déjà loin et on ne pense plus qu’à rendre les châteaux plus plaisants à habiter. Les forteresses sont passées de mode. Un baron nostalgique ou né trop tard pour son époque ?

    Bonne fin de journée.

  7. Avatar de Dominique du Pays d'Auge
    Dominique du Pays d’Auge

    Cher Laurent, tu aurais pu évoquer le château de Bonaguil dernier château fort construit sur un château fort plus ancien par Bérenger de Roquefeuil,la fin de la construction fut achevée en 1510 possède tous les derniers progrès de renforcement des châteaux forts face aux progrés de l’artillerie, une seule erreur de Béranger c’est la généralisation des boulets de fonte dans l’artillerie. La visite que nous en avons faite mon épouse et moi) privée à l’invitation du conservateur archéologue et doctorant était passionnante,La veille nous nous sommes retrouvés avec un groupe de personnes agées (visite abrégée) d’autant plus qu’il fouillait l’énorme tour ronde.Lawrence d’Arabie en tant qu’archéologue y séjourna et écrivit un ouvrage sur ce château. A la révolution il fut pillé et furent volés tous les éléments en bois charpente et planchers vraisemblablement sous la direction d’un négociant en bois, car les fôrets ne manquent pas tout autour, sinon tout son bâti est intact car il ne fut jamais attaqué et pas démantelé sur ordre royal comme nombre de Châteaux forts

  8. Avatar de Jean Pierre DELFORGE
    Jean Pierre DELFORGE

    Génial de nous montrer ces lieux insolites. Je n’en connais que trois et votre article invite à découvrir les autres.
    Bravo et merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *